1. Appartenir à un Homme (1)


    Datte: 05/11/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: chien tex

    Bonjour,
    
    Je me prénomme Tex, 55 ans à l’époque, et envie de me donner à un autre, sans retenue, sans tabou, juste du plaisir (son plaisir) et vivre enfin un fantasme qui me suit depuis de nombreuses années.
    
    Cette histoire vraie, je vais essayer de vous la raconter le plus précisément possible, sans omettre un détail.
    
    Depuis longtemps, je cherche à rencontrer un Homme qui saura me dominer et m’utiliser pour son plaisir. Rendez-vous pris, j’ai failli plusieurs fois renoncer, mais je m’étais engagé à le rencontrer et à part faire connaissance, je ne risquais pas grand-chose. Je me suis rendu dans un bistrot où il m’attendait déjà. Un Monsieur plus petit que moi, des yeux bleus « perçants » un petit sourire me montrant déjà qu’il était l’Homme.
    
    Nous avons échangé sur ses pratiques, il m’a dit vouloir un soumis pour le « travailler », le rendre docile et pour cela, il y a plusieurs moyens de faire. Il m’a parlé de cordes, de pinces, de cire... Mais ce qu’il aime par-dessus tout est d’imaginer un scénario (qu’il ne m’a pas dévoilé) et de le réaliser par la suite.
    
    Je l’ai écouté, je sentais ma queue durcir parfois. Tout ce qu’il me racontait, j’avais envie de le vivre.
    
    Rendez-vous a été pris, il habite à environ 40 kilomètres de chez moi, donc aucun risque de croiser des personnes connues.
    
    Arrivé chez lui, il m’a ouvert. Monsieur habite une ferme isolée aux pieds des montagnes et cet endroit appelle à la tranquillité. Il me désigne une porte sur la droite : la ...
    ... salle de bains.
    
    — À poil, tu attends que je vienne te chercher.
    
    Je me suis déshabillé. Une fois nu, je me suis demandé si je devais l’attendre à genoux ou debout. Mais sans consigne de sa part, je suis resté debout. Il est venu après quelques minutes d’attente. D’un regard, il m’a scruté, toujours avec ce regard bleu. Sans un mot, il m’a fixé un collier en cuir assez large, y a fixé une laisse et m’a bandé les yeux. Je tremblais, de peur ? Non je ne crois pas, mais quand même un peu d’angoisse et surtout de plaisir. Comment Vous expliquer ?
    
    Découvrir ce « rôle » et m’y trouver bien, comme si enfin j’étais à ma place...
    
    — À quatre pattes.
    
    Monsieur a tiré sur la laisse et m’a obligé à le suivre, dans le noir. De suite, je suis obligé d’établir une relation de confiance avec Monsieur. Nous arrivons dans une pièce après quelques mètres. Je le sens tout proche de moi, il me fait mettre debout et me chuchote :
    
    — Tu es à moi pour quelques heures. Je vais m’occuper de toi parfois doucement, parfois plus sévèrement, nous avons établi un mot code, mais je sais que tu ne l’utiliseras pas.
    
    Monsieur passe ses mains sur mon corps, comme s’il voulait le découvrir. Il ne s’arrête pas sur un endroit précis, juste des caresses partout. Les yeux bandés, je suis obligé de développer mes autres sens, l’ouïe en particulier. Monsieur prend des objets, m’attrape un poignet et me fixe un bracelet large en cuir. Au bruit, je comprends qu’il y a un mousqueton en fer. Il fait de même ...
«1234»