1. une après-midi à Odessa (1)


    Datte: 01/11/2022, Catégories: Gay Auteur: bernardin78

    Une après-midi au sauna
    
    Ce jour-là, je me suis rendu au sauna rue d’Odessa pour me détendre et, il faut bien le dire, dans l’espoir d’une aventure physique.
    
    Après être passé par la caisse, le vestiaire vide à ce moment-là, c’est donc avec juste ma serviette autour de la taille que je me suis rendu au sous-sol pour me doucher et profiter un peu des installations à haute chaleur.
    
    Après un passage d’un quart d’heure au sauna aussi peuplé que les vestiaires, je me suis dirigé vers le hammam.
    
    Celui-ci était un peu plus fréquenté et malgré la brume, je distinguais une dizaine de corps nus sur les banquettes. Vers le fond de la salle, deux personnes étaient très proches au point que l’un des deux se trouvait penché sur l’entrejambe de son voisin et lui prodiguait une fellation. Ayant ôté mes lunettes, je ne pouvais profiter pleinement du spectacle, aussi j’ai tourné mon regard vers mon voisin. Il devait avoir environ la cinquantaine, des cheveux grisonnants, mais ce qui surprenait le plus était au niveau de son torse. Au lieu des pectoraux habituellement visibles, une poitrine féminine se présentait. De petite taille, mais très attirante, et je ne pus m’empêcher de la caresser d’une main légère. Son propriétaire m’a souri, mais, voyant quelqu’un à la porte du local, il s’est levé et l’a rejoint. Ils avaient probablement rendez-vous...
    
    Après un moment de sudation, je suis repassé par les douches puis suis parti visiter le reste de l’établissement.
    
    Je me suis ...
    ... directement rendu au deuxième étage où se trouvent quelques cabines et surtout un petit labyrinthe très fréquenté. Je ne m’étais pas trompé, car plusieurs hommes rodaient dans cet endroit et profitaient du passage pour laisser leurs mains se balader sur ce qui passait.
    
    Une main s’est d’ailleurs faite un peu plus pressante sur mes fesses et je me suis tourné vers son propriétaire. De la même stature que moi, mais un peu moins grassouillet, il semblait avoir plus de 50 ans. Ma main s’est posée sur son entrejambe et j’y ai trouvé une protubérance prometteuse. Nos têtes étant proches, nos lèvres se sont rejointes et nous avons mêlé nos langues dans un gros baiser pendant que nos mains découvraient le reste de nos épidermes.
    
    — Viens dans une cabine, me dit-il.
    
    Nous nous sommes alors rendus dans la première cabine libre et, une fois la porte fermée, nos serviettes tombées, nous avons repris la conversation où nous l’avions laissée. Après un long baiser, il s’est écarté un peu et, posant les mains sur mes épaules, il m’a fait comprendre que ce que je tenais en main se trouverait en meilleure condition dans ma bouche. Je ne me suis pas fait prier et c’est avec un plaisir certain que j’ai commencé par lui lécher le gland, poser me lèvres dessus et l’ai laissé entrer dans ma bouche où j’ai pu le masser de la langue. Son membre était assez long pour atteindre le fond de ma gorge, mais aussi pas trop épais. Ma position pliée lui laissait mes fesses à portée de main et j’ai senti un de ...
«123»