1. Un déménagement imprévu. (3)


    Datte: 31/10/2022, Catégories: Lesbienne Auteur: Clothilde092

    Nous aussi, le confinement nous a surprises, nous laissant l’une et l’autre sans travail. Etant toutes deux d’un naturel optimiste, nous avons d’abord profité du temps libre pour nous en donner à cœur joie, à toute heure, partout, à la va-vite ou en prenant notre temps, en essayant tout ce qui pouvait bien nous passer par la tête – et on ne manque pas d’idées pour ça !
    
    Chose super, nous ne nous sommes pas lassées... Cependant après avoir chacune joué à l’infirmière ou au docteur, ou à plein d’autres jeux de rôle (imaginez ce que peut donner la femme de Néandertal), testé partout et fait le tour des godes et autres jouets, même notre entente est restée parfaite, au bout d’un moment, nous nous sommes aperçues qu’il nous manquait un petit quelque chose...
    
    Un après-midi, sortant de la douche, je m’étais fardée comme une hétaïre, un rouge provocant limite vulgaire sur les tétons et les lèvres, toutes les lèvres ! J’avais passé un soutien-gorge pigeonnant, enfilé le slip fendu mauve à dentelles noires qu’elle m’avait offert et l’ai rejointe dans le salon, en prenant des poses égyptiennes pour mieux exposer mes atouts.
    
    Certes, nous avions déjà joué à la poule de luxe et à la cliente snob, et je pensais qu’elle allait participer. Difficile de dire laquelle est la plus exhibitionniste et laquelle est la plus voyeuse... Ordinairement, le déclic se fait illico et nos inventions réciproques se répandent et nous motivent.
    
    Mais là, elle m’a regardée avec un petit sourire, au ...
    ... lieu d’embrayer comme les autres fois, elle tapota de la main le canapé pour que je m’asseye et se rendit dans la cuisine.
    
    Là-dessus, le téléphone sonne, c’est elle qui appelle :
    
    — Tu es ravissante ma chérie. Mais vois-tu...
    
    — Je ne te plais plus, c’est ça ?
    
    — Noonnn... surtout pas !
    
    — Alors tu veux jouer à autre chose ?
    
    — Oui et non. Pendant que tu te faisais belle, j’ai eu envie d’essayer autre chose. Je t’ai imaginée te pomponner pour moi, cela m’a rappelé comment je fantasmais sur toi avant que l’on sorte ensemble, de fil en aiguille, j’ai repensé à d’autres femmes que j’avais désirées. Mine de rien, cela m’a émoustillée, mais je me suis dit que ce serait bien mieux de le partager.
    
    — Tu veux aller voir quelqu’un ? C’est ça ? J’irais bien voir mes vieilles maîtresses, elles me manquent terriblement. Ou qui tu veux...
    
    — Non hélas. On peut difficilement marquer comme motif de déplacement "sortie pour cause de partouze !"
    
    Nous imaginons la réaction des flics qui nous contrôleraient, j’entre dans son jeu et nous partons dans un délire.
    
    — Bien sûr nous serions habillées ultra-sexy pour sortir. Toi tailleur classe, gris, rien dessous genre Moune, moi robe à fleurs.
    
    — Pas de culotte évidemment.
    
    — Ou alors string uniquement. j’adore trop la ficelle entre les fesses !
    
    — OK, mais s’il y a fouille au corps, je veux un beau flic habile de son bâton.
    
    — Et moi une fliquette avec un palmier sur la tête et des lunettes, très très vicieuse.
    
    On rit ...
«123»