1. Anya fait du théâtre


    Datte: 24/10/2022, Catégories: fh, jeunes, profélève, école, toilettes, hsoumis, fdomine, Voyeur / Exhib / Nudisme Masturbation Oral occasion, Auteur: Rrrobin

    Je suis un metteur en scène professionnel.
    
    Je m’appelle Robin.
    
    Je travaille avec tout type de public, des adultes, des enfants, des personnes en situation de handicap et des étudiants à l’université.
    
    Les étudiantes…
    
    Certaines années, j’ai cru lire dans les yeux de Coline ou de Magali, que j’avais peut-être quarante-cinq ans, mais que ce n’était pas un problème pour elle.
    
    Je ne suis pas grand 1,72 m, 78 kg, et je sais que mes yeux verts et mes cheveux poivre et sel sont des atouts. Et puis le théâtre est un outil de séduction du public, non ?
    
    Bref, je suis de ce côté-là plutôt serein.
    
    Mais parmi les centaines d’étudiantes croisées évidemment certaines étaient bien à mon goût aussi.
    
    Mais je n’ai jamais rien fait pour que ces pensées s’incarnent en des après-midi de baise, dans une chambre universitaire ou dans les coulisses du théâtre.
    
    Je restais professionnel. Et puis je suis marié. Fidèle par le corps. La pensée…
    
    Pourtant il m’arrivait d’imaginer qu’une de ces petites nanas soit un peu plus audacieuse et fasse le premier pas.
    
    Ça n’arriva jamais… Et puis.
    
    Cette année, parmi la quarantaine d’étudiants qui suivent mes cours, il y a Anya.
    
    Elle est un peu ronde (je préfère les filles généreuses aux maigrichonnes), les yeux bleus, des lunettes (quoi de plus sexy ?) et des yeux où dès le premier regard, j’ai pu lire de l’attirance. Réciproque ?
    
    Mercredi soir après le cours.
    
    C’est la rentrée, je respecte les formalités ...
    ... administratives
    
    — Anya, il manque ton numéro de téléphone sur ta fiche d’inscription.
    — Pas de problème, Monsieur, est-ce que vous allez me donner le vôtre ?
    
    D’habitude je souris avec indulgence, et lance une réplique du style, vous êtes prête pour votre premier stand-up, mademoiselle, mais cette fois-ci, j’ai été sans réponse, pire quand ses yeux ont appuyé sa demande avec son regard, j’ai rougi. Devant cette gamine de vingt-cinq ans de moins, j’ai baissé les yeux qui se sont retrouvés posés sur son décolleté. Ce qui n’a pas arrangé les choses. Je restais bloqué, le regard sur ses seins. (Reprends-toi, mon pote).
    
    — Je n’en ai pas le droit, je pourrais perdre mon job.
    
    Elle me regarda avec intérêt, et dit :
    
    — Je vous ai vu poser vos yeux dans mon décolleté en douce pendant le stage, là, vous vous êtes pas gêné. Dans la gêne pas de plaisir, il paraît.
    
    Cette petite Anya était trop directe pour moi. D’excité j’étais devenu agacé.
    
    — Je ne suis pas intéressé, ma petite, tu auras plus de chance la prochaine fois.
    
    Je mentais : évidemment que j’étais intéressé, je la détaillais l’air de rien.
    
    Des cuisses fermes et rondes, j’imaginais sa petite chatte rose et serrée, des seins libres et ronds à lécher, pincer, sucer. Voilà ce qui se passait dans ma tête.
    
    Elle se baissa un peu plus pour inscrire son numéro sur le formulaire posé sur la table devant moi. Ses tétons étaient rosés, elle n’avait pas de soutien-gorge, à l’évidence.
    
    Quel spectacle même pour un habitué du ...
«123»