1. Les semaines avec Claire et les partouzes avec elle (5)


    Datte: 21/09/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Ezetrol59

    Le lendemain, je me réveille entouré des deux filles. Malheureusement, Anne-Laure est en retard pour le boulot et doit s’en aller rapidement. Elle prend une douche rapide, s’habille et s’en va pendant que Claire me suce et me fait jouir dans sa bouche.
    
    — C’était cool, hier soir, n’est-ce pas !
    
    — Oui génial, et elle était bien bonne !
    
    — Et ce soir ?
    
    — J’espère que je déciderai mon contact sur Tinder.
    
    — Raconte !
    
    — Elle s’appelle Sabrina, une beurette.
    
    — Génial ! Et elle aime quoi !
    
    — Elle m’a dit qu’elle adore la sodomie.
    
    — Ça doit te plaire, ça !
    
    — Evidemment, par contre, elle n’a jamais fait ça avec une fille et ne veut pas le faire.
    
    — Tu n’as qu’à pas lui dire que je serai là.
    
    — Bonne idée, d’autant qu’elle a l’air d’être assez soumise.
    
    Plus tard, je contacte Sabrina et la décide à un chat.
    
    — Alors, Sabrina, tu vas bien ?
    
    — Oui et toi ?
    
    — Ça va, si ce n’est ...
    
    — Quoi ?
    
    — Je dois passer la soirée seul.
    
    — Ta copine n’est pas là, ce soir ?
    
    — Non, elle va chez une copine.
    
    — C’est triste pour toi. Mais on pourrait en profiter.
    
    — Je ne sais pas trop.
    
    — Je ne te plais plus ?
    
    — Si, c’est pas ça !
    
    — Alors, quoi ?
    
    — J’ai un fantasme que je ne peux pas faire avec Claire.
    
    — Dis-moi quoi, s’il-te-plaît.
    
    — Baiser une fille menottée, soumise et bien lui défoncer le cul.
    
    — Ohhh !
    
    — Voire, lui donner des claques.
    
    — Ohhh, arrête, tu m’excites.
    
    — Vraiment ?
    
    — Oui, je le sais, je commence à ...
    ... mouiller !
    
    — Alors, viens ! On va bien s’amuser alors !
    
    — OK, donne-moi ton adresse.
    
    — Je te veux en robe ultra-courte et rien dessous.
    
    — Vu le temps, je peux mettre un manteau ?
    
    — Bien sûr ! Je t’attends !
    
    Une demi-heure plus tard, Sabrina sonne à la porte. Je lui ouvre, à poil, la queue très raide. Elle enlève son manteau, je la vois en robe ultra-courte et super décolletée.
    
    Brune, cheveux assez longs bouclés, bronzés. Ses seins pointent de sa robe, gros tétons bien gonflés sur des gros seins.
    
    — Entre, ma cochonne !
    
    — Oui, volontiers, surtout avec ce que je vois, les yeux vers ma bite !
    
    Je la fais entrer et lui donne une claque :
    
    — C’est pas comme ça que tu parles à ton maître, cochonne ! et la claque à nouveau, elle tombe par terre.
    
    — Pardon ! Maître !
    
    — Parfait !
    
    J’attrape une paire de menottes.
    
    — Tends-moi les mains !
    
    — Ohh !
    
    — Obéis, salope ! Une nouvelle claque. Et supplie-moi, salope !
    
    — Maître, oui, attache-moi, je t’en supplie !
    
    Je ferme les menottes sur ses poignets et attrape un bandeau, lui mets sur les yeux.
    
    — Viens maintenant, on sera mieux dans le salon. Non, reste à quatre pattes !
    
    Je l’attrape par les cheveux et la tire jusqu’au salon.
    
    — Bien, maintenant tu vas me sucer, ma petite pute !
    
    — Oh oui, maître !
    
    — Très bien !
    
    Je lui ouvre la bouche et enfourne ma bite dans la bouche, presse sa tête vers mon bassin, m’enfonçant dans sa gorge.
    
    — Oui, t’es une sacrée salope, je vais bien en ...
«123»