1. Surprenante thérapie !


    Datte: 17/09/2022, Catégories: fh, cocus, hsoumis, fdomine, jalousie, Masturbation Oral nopéné, init, délire, Humour couple, Auteur: L'artiste

    L’adjudant-chef Pierre Delapain régnait d’une main de fer sur la dizaine de militaires qui formait sa brigade, ainsi que sur les crapules qui croisaient par malheur son chemin. Il était craint…, le bien-fondé et l’équité de ses décisions forçaient le respect, facilitant bien souvent sa mission de gendarme.
    
    Pierre ne résidait pas en casernement, il occupait avec sa femme, Mireille Lamoket, une modeste villa voisine à la ferme des « Aillet », leurs amis. Tout comme ces derniers, ils arboraient la petite quarantaine et partageaient les mêmes valeurs et bien des loisirs en commun.
    
    Mireille, quant à elle, vivant de la solde de son mari s’adonnait à diverses activités quotidiennes : shopping, esthéticienne, cuisine…, mais aussi, séances de fitness régulières et jogging qui entretenaient sa plastique avantageuse. En effet, son physique harmonieux faisait tourner les têtes, alors elle en jouait…, sans pour autant en abuser même si cela l’amusait. Vouant un amour absolu à son conjoint, son intégrité à ce sujet ne risquait pas de se retrouver en péril.
    
    –––oooOooo–––
    
    La vie suivait donc son cours, rien d’extraordinaire ne se passait vraiment et la famille Delapain coulait des jours heureux, jusqu’à ce qu’une anecdote incongrue vienne semer la chienlit dans leurs existences bien tranquilles. Pierre dut intervenir sur une rixe lorsque le chien de Michelle Fusil décida d’attaquer les poules des Aillet. Sur place, Mireille Lamoket, prêtant main-forte à sa copine, se crêpait le ...
    ... chignon avec une Michelle Fusil enragée. Arrivant à son tour, Pierre trouva Adrien,(le père Fusil), en compagnie de Christophe Aillet, et les deux compères semblaient bien plus fascinés par la scène qui se jouait, que vindicatifs. Perspicace, notre gendarme comprit vite le pourquoi de cet envoûtement en découvrant sa compagne toute débraillée, un sein à l’air et la jupe descendue à mi-fesses, dans les bras du facteur. Eh oui…, le préposé au courrier s’était hardiment interposé et la retenait fermement, tandis que le jeune Fusil, lui, s’occupait de sa mère. Avant d’intervenir, Pierre ne put s’empêcher de profiter un instant de ce spectacle somme toute assez ravissant, puis il réalisa :« mais, c’est ma femme que ces pervers reluquent comme ça ! » Il s’empressa de mettre un terme à l’échauffourée.
    
    L’adjudant Delapain, Mireille Lamoket, Christine Aillet et la mère Michelle se retrouvèrent donc au poste pour dresser le procès-verbal.
    
    L’affaire « Poules-Aillet » fut rapidement réglée, mais laissa une trace indélébile…, une prise de conscience assassine rongea peu à peu notre chef de brigade ! Pierre Delapain savait certes sa conjointe d’une grande beauté, toutefois, s’agissant deSA femme, il n’aurait jamais imaginé que d’autres hommes puissent oser planter leurs regards libidineux sur les courbes si sensuelles de cette dernière. La trouver à moitié dénudée devant l’intérêt incontestable du voisinage lui fit l’effet d’un électrochoc, le forçant à réaliser que sa douce plaisait ...
«1234...8»