1. Chienne un jour, chienne toujours (10)


    Datte: 08/08/2022, Catégories: Lesbienne Auteur: charimarien

    Je deviens véritablement addictive au cul et plus c’est cochon, plus je... hum !
    
    La claque sur mon cul éveille mes sens libidineux et maman le remarque vite. La main de Gilberte glisse sur la poitrine de Martine, maman s’illumine, son visage se part d’un tendre sourire. Mais papa arrive, comme à son habitude, il volubile, il extrapole, ne comprenant rien à rien. Enfin si, quand maman lui plaque sa bouche sur la sienne pour un vrai baiser, un vrai de vrai.
    
    — Mon chéri, nos filles m’ont tout raconté. Maintenant, tu te calmes. Je crois que tu peux connaître la vérité. Nos filles sont amoureuses l’une de l’autre.
    
    — Bref, elles sont lesbiennes !
    
    — Non papa, pas que, nous ne détestons pas les hommes, crois-moi. Sauf que vivre avec eux en permanence nous gêne. Beaucoup ne veulent pas comprendre ou ne comprennent que quand ça les arrange.
    
    — Et vous vivez toutes les deux dans le même lit.
    
    — Oui sauf que ce lit contient chaque nuit cinq femmes qui s’aiment tendrement et passionnément.
    
    — Écoutez bien votre père. Parce que je pense ne jamais redire ce que je vais vous dire. Je vous souhaite la plus merveilleuse des vies à vous deux et vos amies. Voilà, je l’ai dit et je ne sais plus ce que je dois faire. (Là, il serre chacune d’entre nous et nous embrasse comme seul notre père sait le faire, des baisers qui nous enflamment quand ses lèvres touchent nos joues.)
    
    — Papa, continue à aimer maman, c’est tout ce que nous te demandons. Et si un peu de piment peut ...
    ... agrémenter vos désirs, venez nous trouver, il y a tout ce qu’il faut chez Madame sans Gêne.
    
    — On y va ma belle, le train n’attend pas lui.
    
    — L’amour non plus, je le sens très chaud, maman.
    
    — Il l’est ma chérie, il l’est. Entre nous, moi aussi. Je vous raconterai tout, c’est promis.
    
    Quand ils nous quittent, Martine et moi sommes sur les rotules. Nos amours nous trouvent épuisées par cette visite surprise.
    
    — Rigolez, mais les parents, les nôtres en particulier, ce n’est pas facile de leur expliquer ce que nous vivons toutes les cinq.
    
    — Nous avons connu. Mais à voir votre père, il semblait tout autre en sortant.
    
    — Maman nous a dit que papa était chaud bouillant pour toute une nuit de plaisir. Maman va déguster.
    
    — Elle va hurler de plaisir, oui. Pas Martine ?
    
    — Je l’espère. Si nous avons réussi à rallumer leur passion, ma chère petite sœur, c’est tout bénef ! Ce soir, on se la joue tout cool. Le couple, les parents, c’est bon, on a donné. Et je vais retirer ce froc et le foutre au fond d’une poubelle. Je ne supporte plus les pantalons.
    
    — Tiens Martine, à propos de ce couple, Roxanne nous a dit que le mari s’y croyait déjà ?
    
    — Et comment, même sa femme parle de lui comme de son caniche.
    
    — Madame Justine nous invite à venir la trouver samedi.
    
    — Et Jojo qui débarque, on fait comment ?
    
    La bouche de Gilberte sur la mienne m’oblige à ne plus poser de questions. Si je n’étais pas aussi fatiguée, je lui faisais l’amour, là, à même le sol, à même le béton ...
«1234...»