1. Civière en cavale


    Datte: 05/08/2022, Catégories: Divers, Auteur: simson3

    La COVID-19 affecte tout le monde. Mais ce n’est pas parce qu’on est âgé de cent cinq ans qu’on doit laisser le sexe de côté pour autant !
    
    ***Juillet 2021. Toujours en pleine période de pandémie, le Québec doit maintenant affronter sa quatrième vague de COVID-19. Face à la multiplication des variants (dont ceux provenant particulièrement de la Grande-Bretagne et ceux nouvellement propagés via le site Xstory) ainsi qu’à l’interminable attente des doses de vaccins en provenance du Tiers-Monde (merci monsieur Trudeau !), les urgences de nos hôpitaux québécois sont plus que jamais remplies de patients infectés.
    
    À tel point que l’on peine à contrôler les entrées et les sorties, à établir le nombre de malades admis, transférés sur les étages ou aux Soins intensifs, ou encore le nombre de ceux ayant reçu leur congé. Dans les couloirs, c’est la course folle entre patients ambulants et personnel soignant. On ne sait plus qui est où, ni depuis quand, ni pour combien de temps. Et le virus, lui aussi il court. Ce n’est pas encore la panique, mais c’est la COVID en pique-nique.
    
    C’est dans ce contexte chaotique que travaille aujourd’hui docteure Alicia LeBel, l’urgentologue de l’hôpital Honoré-Mercier à Saint-Hyacinthe. Mais il y a déjà longtemps qu’elle s’y est faite. Cela fait bien maintenant dix-huit mois que la femme aux cheveux noir de jais et aux yeux pers envoûtants se soumet presque quotidiennement à ce rythme de travail éreintant. Elle a donc l’habitude de retrouver ...
    ... momentanément hors de contrôle les activités qu’elle coordonne dans son service mais, comme le dit souvent sa compagne de vie Sophie en parlant d’elle, son gros minet finit toujours par retomber sur ses pattes et par reprendre les rênes de la situation.
    
    Ce matin, les ambulances ont recommencé à faire la fête et Alicia a de plus en plus de difficulté à savoir où donner de la tête.
    
    C’est dans ce joyeux bordel et cette confusion que Geneviève, l’assistante-infirmière-chef du service de l’urgence vient retrouver la femme médecin :
    
    — Oh Ali, te voilà enfin, je te cherchais dans tous les recoins ! Il y a un vieux monsieur qui vient d’arriver, civière 3. Un dénommé Gingras. Pas trop amoché, mais d’apparence un peu déshydraté. Problème abdominal à investiguer. Peut-être un début d’occlusion intestinale. On l’a classé P2 mais pourrais-tu le voir avant qu’il aille trop mal ?
    
    — Vieux, tu dis ? reprend Alicia en replaçant son stéthoscope autour du cou.
    
    — Cent cinq ans, et trois jours environ. Désires-tu davantage de précisions ?
    
    — Bon ça va, j’irai le voir dès que j’ai fini ici avec madame Turgeon.
    
    — Merci, Doc. Le plus tôt sera le mieux ; il n’arrête pas de gesticuler sur son brancard en réclamant de l’assistance, le vieux. Oh, un petit détail...
    
    — Quoi donc ?
    
    — II est sourd comme un pot et ne porte aucun appareil, alors bonne chance à toi ! termine la gestionnaire avec un sourire narquois.
    
    —Merde ! fait la praticienne.Comme si en plus j’avais besoin de ...
«1234»