1. S'il vous plaît Maître (2)


    Datte: 03/08/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Thrùd

    Je finis de boutonner ma chemise face au miroir. Je ne peux m’empêcher de sourire lorsque j’aperçois la chaîne de mon choker de maille disparaître entre mes seins. Il me semble Maître que c’est sa vue qui vous a convaincu de me donner une chance la première fois que nous nous sommes croisés. Après tout, permettez-moi d’emprunter vos mots Maître, mais qui pourrait résister à l’envie de tirer sur cette chaîne ? Je jette un dernier coup d’œil au miroir. Je suis prête. Entièrement vêtue de noir, des bas jusqu’à ma chemise en passant par ma jupe et mon soutien-gorge. La seule tache de couleur est mon rouge à lèvres rouge qui jure sur ce sombre tableau. Je me sens déjà défaillir. Je vous attends avec impatience depuis que vous m’avez donné rendez-vous aujourd’hui. Vous me manquez Maître lorsque vous n’êtes pas là. Vous ne répondez que peu à mes messages et demandes. Je vous sais occupé, je vous sais peu demandeur. Mais Maître, j’ai tellement besoin de m’abandonner dans vos bras.
    
    Je ne porte pas de culotte, j’espère vous faire plaisir encore cette fois.
    
    Oh si seulement vous pouviez passer la porte dès à présent. Je quitte ma chambre pour aller m’agenouiller dans l’entrée tête baissée et mains sur les genoux. Je vous attends, sage et immobile. Le temps passe, mais je ne sais combien. Je ne sens que mes jambes qui s’ankylosent alors que je me languis de vous, que la peur s’insinue dans mon cœur à mesure que je désespère de vous voir passer la porte. S’il vous plaît Maître, ne ...
    ... m’abandonnez pas. Quelques larmes coulent le long de mes joues. Je suis terrorisée. Je voudrais regarder mon téléphone, voir si vous avez changé d’avis. Mais je ne peux bouger. Et si vous arriviez alors que je regarde mon téléphone ?
    
    Je m’autorise à lever les yeux vers la porte et je l’entends enfin. Le son des clefs dans la serrure. Je baisse automatiquement la tête, mais je ne peux réprimer un immense sourire. Oh Maître, je voudrais venir me blottir contre vous. La porte s’ouvre et se ferme, et je sens votre regard se poser sur moi. Je me tiens le dos bien droit au bout de l’entrée. Vous ne pouvez pas ne pas me voir et en même temps, je fais presque partie des meubles tant je reste immobile. Je vous entends déposer vos affaires, vous mettre à l’aise, vous détendre. Le bruit de vos pas se rapproche et je vois enfin vos chaussures. Vous vous accroupissez devant moi et saisissez mon menton pour me forcer à relever la tête. Si je pouvais vous exprimer mon amour pour vous Maître, si seulement je pouvais vous dire à quel point je suis heureuse que vous soyez là. Mais je reste muette, c’est en vous obéissant que je vous montrerais ma dévotion. Vous souriez et venez caresser mes joues.
    
    Vous essuyez mes larmes et le maquillage qui a quelque peu coulé.
    
    Votre sourire s’élargit encore et je sens mon entrejambe fondre. Vous vous délectez de la terreur que votre absence instaure en moi. Vous attrapez la chaîne de mon choker et me tirez à vous pour m’embrasser. Je vous rends votre ...
«1234»