1. Un article nommé désir...


    Datte: 02/08/2022, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Mysterious1991

    Je ne pourrais pas être plus émoustillé que ça, en ce moment même. Je suis nu et mon sexe est collé aux fesses de ma compagne Océane. Ce n'est qu'une question de temps avant que je ne la pénètre. Elle porte son chemisier blanc en soie, aux boutons de nacre. Elle ne porte plus que son string, au bas du corps. C'est d'ailleurs l'obstacle qui me barre l'accès à sa chatte mouillée. Ce n'étaient que quelques caresses… Bon d'accord… Je l'ai léchée et j'ai inséré un doigt en elle. Assise sur sa chaise et les cuisses bien écartées, elle ne pouvait qu'apprécier cette mise en mouche.
    
    J'entends Océane. Elle tente de reprendre son souffle. Elle respire. Elle halète. Elle se remet de ses émotions. Je ne lui ai pas laissée de répit ces dernières minutes. Dire qu'elle était concentrée sur l'article qu'elle doit rédiger pour le magazine où nous collaborons, elle et moi comme pigistes. Elle doit l'avoir bouclé pour dimanche soir, sans faute. «Les timides et la place de la sexualité dans leur vie»… Ça fait une bonne semaine qu'elle est dessus, déjà. Elle écrit, efface, réécrit, ré-efface, corrige, remet au propre… Perfectionniste et tatillonne comme elle l'est, Océane… Ajoutez à ça, le reconfinement… Il fallait que je passe quelque chose… pour l'inspirer…
    
    Elle avait les yeux rivés à son écran. Elle était concentrée. Elle se mordillait les lèvres. Ses doigts pianotaient sur le clavier avec une telle aisance. Ils allaient et venaient sur les touches si rapidement. De là où j'étais, j'en ...
    ... avais limite le tournis tant ses mouvements étaient fluides. Et pourtant… L'écriture de l'article qu'on lui avait confiée n'avançait pas et la date butoir pour le remettre se rapprochait dangereusement. L'article devait être prêt pour dimanche soir, dernier délai, pour qu'il apparaisse dans le numéro à paraître au début du mois qui vient. Océane n'était jamais satisfaite de son travail. Elle soupirait, jurait, pestait. Elle tapait, elle effaçait. Elle était sous pression.
    
    De là où j'étais, c'était évident. La rédaction de l'article s'embourbait et Océane avançait dessus à peine plus que pas à pas. Son comportement au quotidien s'en ressentait, automatiquement. Plus la date se rapprochait, plus elle se mettait la rate au court-bouillon. Elle buvait tasse de café sur tasse de café. Elle fumait cigarette mentholée sur cigarette mentholée. Ajoutez à tout ça, le reconfinement et ses règles strictes… Océane n'était plus que l'ombre d'elle-même. Oui, elle se faisait toujours aussi coquette. Oui, je la trouvais toujours aussi belle. Oui, je lui mangeais toujours autant dans la main. Mais non, on ne faisait presque plus l'amour. Et ça me faisait mal de savoir Océane comme ça. Je lui parlais, je la soutenais. Je lui souriais, je l'encourageais. Mais c'était peine perdue. Il n'y en avait que pour son article. Oui, on s'embrassait. Mais non, elle n'y répondait avec le même entrain ET la même fougue. Elle me tendait le bout des lèvres et elles glissaient sur les miennes, l'espace de ...
«1234...11»