1. Comment perdre son meilleur ami


    Datte: 02/08/2022, Catégories: fh, extracon, copains, vacances, jalousie, Voyeur / Exhib / Nudisme noculotte, caresses, pénétratio, confession, extraconj, Auteur: Patrick Paris

    Je somnole dans le train, laissant mon esprit jouer avec mes souvenirs. Comme tous les ans, nous avons passés une dizaine de jours dans ma famille, repos à la campagne, plaisir champêtre, retrouvailles d’anciens amis.
    
    Cette année, nous ne sommes pas allés rendre visite à Jean-Claude et Jacqueline, nos amis de Martigues. C’était pourtant sympa, à deux heures de route de chez mes parents, un petit week-end en bord de mer.
    
    Depuis dix ans, nous ne nous voyons plus, pourtant nous étions inséparables. Il faut que je vous dise pourquoi.
    
    J’ai oublié de me présenter, moi c’est Marc, ma femme Annie, nous allons allégrement vers la cinquantaine. Nous nous sommes connus à la fac, il y a bientôt trente ans.
    
    Avec Jean-Claude, nous étions dans la même école d’ingénieurs, Annie et Jacqueline étaient à la fac. Nous avons fait leur connaissance au resto universitaire, ou plutôt à la cafétéria. À la fin de l’année, notre petit groupe comptait une vingtaine d’étudiants prenant tous les jours le café ensemble avant de retourner en cours.
    
    Les couples se sont formés, déformés, reformés. Annie avait plusieurs prétendants, c’est moi qui ai gagné le gros lot. Jean-Claude de son côté est tombé amoureux de Jacqueline, chacun la sienne.
    
    À l’époque, on devait se marier pour vivre ensemble. Les études terminées, l’été a été ponctué de plusieurs mariages, les uns étant le témoin des autres. Nos liens d’amitié se sont consolidés.
    
    Très vite, chacun est parti travailler aux quatre coins ...
    ... de la France. Nous nous sommes installés en région parisienne, pas par choix, mais le premier job trouvé, une fois installé, on ne bouge plus.
    
    Nous avons rapidement constitué un petit groupe d’inséparables. Tout était prétexte pour se voir, nous nous retrouvions régulièrement pour un repas, une pièce de théâtre, une soirée, ou un week-end. Et les enfants sont nés, deux chez nous, trois chez Jean-Claude et Jacqueline. Annie a été choisie comme marraine du petit dernier.
    
    Nous passions souvent des vacances ensemble. C’est ainsi que nous avons pris l’habitude d’aller quelques jours à Martigues chez Jean-Claude et Jacqueline, passant nos journées à la plage. L’époque était bénie, les femmes bronzaient seins nus… Annie n’a jamais hésité, Jacqueline non plus. Pour notre plus grand plaisir.
    
    Annie a vite compris que je ne détestais pas le regard de ses voisins, et n’hésitait pas à se changer en laissant négligemment glisser sa serviette, dévoilant ses fesses et ne cachant rien de son intimité. Un petit coup d’œil n’a jamais fait de mal à personne.
    
    Chemisier transparent, sans soutien-gorge, minijupe, la liberté héritée de mai 68. Au fil des années, Annie n’a plus eu aucun mystère pour Jean-Claude, et je connaissais Jacqueline par cœur.
    
    Jean-Claude avait de nombreux déplacements professionnels en France et, au moins une fois par mois, à Paris pour voir les grands chefs. Tout naturellement, il n’allait pas prendre une chambre d’hôtel, il venait loger chez nous. Nos enfants ...
«1234...9»