1. Nymphomane, moi ? Tome III (3)


    Datte: 02/08/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Trixie

    Alfred aimait bien une fois dans la semaine, que nous mangions le soir tous les deux en tête à tête. Nous devions nous habiller en grand standing. Il mettait un costume sombre, une chemise blanche et une cravate.
    
    Il m’avait acheté pour les grandes occasions plusieurs robes du soir noires, très décolletées. Ce soir j’en choisis une, retenue par de fines bretelles sur les épaules. Il ne me fut pas pensable de porter un soutien-gorge en dessous. Je nouai mes cheveux châtains dorés presque blonds en un savant chignon, laissant ma nuque et mon dos complètement nus. Des pendentifs en pierres précieuses ornèrent mes oreilles et j’accrochai un collier du même genre à mon cou. Des deux cotés, la robe était fendue très haut sur les cuisses. Chaque mouvement laissait apercevoir une bande de peau blanche, au-dessus de mes bas noirs. Assise, le pan de devant tombait entre mes jambes, dévoilant les fermetures et les lanières de mon porte-jarretelles sur mes deux cuisses.
    
    Ce soir, j’ai décidé de faire une surprise à Alfred. Dans ma jeunesse, j’avais été invitée au restaurant, par le grand-père de mon flirt de l’époque. Cela fut un repas mémorable. Du point de vue sexuel, j’avais passé une soirée fantastique. Je voulus offrir la même à Alfred.
    
    J’ai donc briffé Victor, pour lui demander de bien faire ce que j’attendais, je voulais rejouer le scénario qui avait eu lieu il y avait longtemps entre le vieux grand-père de mon flirt de l’époque et son copain Marcel. Il acquiesça avec ...
    ... enthousiasme à l’histoire proposée !
    
    La table était assez grande, nous étions chacun à un bout. La lumière tremblotante des bougies des trois chandeliers et une lumière tamisée mettaient une ambiance romantique. Un feu de bois brûlait dans la cheminée.
    
    Le dîner servi par Victor, qui n’ arrêta pas comme de routine de lorgner mon décolleté et mes jambes, fut succulent. Le vin était excellent et j’en abusai un peu. Le majordome comme d’habitude était vêtu d’un pantalon noir et de son gilet jaune à rayures noires, d’une chemise blanche et de son éternel nœud papillon. Vu la bosse de son pantalon, je subodorai qu’il ne portait, comme toujours pas de slip. Nous en étions au dessert.
    
    — Victor, une coupe de champagne, s’il vous plaît, demanda Alfred.
    
    Le domestique s’empressa de nous servir. Je me penchai pour lui tendre mon verre. La robe bailla sur mes seins dévoilant mes aréoles, un léger tremblement agita sa main et du champagne se répandit sur la table.
    
    Je bus lentement mon champagne en regardant le vieil Alfred. Il me sembla que son regard devenait coquin. Je fis un léger signe de tête à Victor.
    
    — Mademoiselle prendra bien un fruit !
    
    Me demanda le majordome, et sans attendre ma réponse, il prit une banane dans la corbeille. Il la pela délicatement, l’approcha lentement de mes lèvres. Les yeux de Alfred me fixèrent tendrement. Un nouveau jeu, impliquant Victor et son gros phallus ?
    
    Je plongeai mon regard dans celui du valet et sortis ma langue pour lécher le ...
«1234...8»