1. LA 'MAUVAISE' SURPRISE


    Datte: 01/08/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Patou bcbg mature pulpeuse

    Quelques semaines après mon week-end à Dijon ma vie avait repris son cours avec sa routine quotidienne l'ennui et la déprime qui m’envahissait. Loin de mon amant, avec qui je continuais à correspondre par téléphone, je trouvais le temps définitivement trop long et trop éprouvant, ne ressentant en même temps aucun remord pour mon adultère. Mon mari travaillait comme un acharné, ne comptant pas son temps et par conséquence me délaissant, ce qui me laissait libre de mes pensées et de mes fantasmes. J’avais essayé d’échaffauder plusieurs stratagèmes divers et variés afin de pouvoir retrouver Thierry, mais les occasions ne se présentaient pas ou les circonstances ne s'y prêtaient pas. Mon humeur était maussade, ce que mon mari avait constaté. Il me poussa à prendre quelques jours, loin de la maison, pour me changer les idées. Je sautais sur l'occasion m’inventant un séjour « Shopping » sur Paris avec une amie, alors que ma destination était bien évidemment : la Bourgogne. En quelques jours, tout était organisé, et j’informais en dernière minute Thierry de mon arrivée imminente. Surpris, il lui avait été compliqué de s'organiser, et de trouver un alibi ou une excuse pour passer la soirée avec moi. J'avais quand même prévu d'arriver en fin d'après-midi et de repartir le lendemain pour une nuit torride dans ses bras, en m’offrant entièrement à lui. Je réservais le même hôtel que la fois précédente. Le jour J arriva, et après avoir préparé ma valise, je pris mon train en direction de ...
    ... Dijon. Je m‘étais habillée avec élégance, avec un ensemble chemisier et jupe d’un grand chic. La chemise de type blouse était rayé bleu et blanc d’une grande élégance avec un type de motif floral, et un col boutonné jusqu’au cou. La jupe longue en satin classique était serrée aux hanches et aux cuisses, évasée aux genous et festonnée, avec des ourlets à volants, une ceinture avec une petite boucle en argent. J’étais délicieuse voire très appétissante.
    
    Un taxi à mon arrivée me déposa à l'hôtel où Thierry devait me rejoindre en début de soirée. Il avait prétexté un dîner avec un client pour expliquer son absence à sa femme. Arrivée à l'hôtel, je prenais possession de ma chambre, m’installais et attendais mon amour avec impatience. Je m’étais préparé pour la circonstance, délaissant mes vêtements pour un ensemble en dentelle noir, porte-jarretelles, soutien-gorge et étais prête à accueillir dignement mon amour bourguignon sachant son arrivée imminente. Installée dans un fauteuil, les jambes croisées, j’avais masqué mes yeux avec un ruban noir assorti à mes sous-vêtements et recouvert mes mains de longues mitaines en laize dentelle avec de longues bandes à nouer et dénouer permettant aussi une certaine forme d’immobilisation. J’attendais patiemment quand la porte s’ouvrit enfin, entendant mon amour rentrer dans ma chambre. Sans un bruit et sans une parole, j’imaginais son désir et son envie grandir à la vue de cette bourgeoise en sous-vêtements, offerte sur un fauteuil, prête ...
«1234...8»