1. Un truc qui cloche (2)


    Datte: 01/08/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Yojik

    J’ai repris une douche et j’ai tout nettoyé. J’ai regardé vers l’hôtel mais soit les rideaux étaient tirés soit la chambre était vide. J’ai même vu plusieurs personnes monter dans des minibus avec leurs bagages. Je n’ai pas vu ma copine mais je crains qu’elle ne soit partie avec les autres. Tant pis, en même temps je ne crois pas qu’elle a envisagé de me revoir. Moi non plus d’ailleurs. J’ai du mal à croire à ce qu’il vient de m’arriver. Deux fois !
    
    Comment ça a pu m’arriver à moi ? Je bois un second café et mon cerveau surchauffe. Ce n’est pas normal tout ça. Pourquoi ça m’arrive ? Non que je le regrette mais c’est étrange quand même. Il faut que je sorte prendre l’air... Je vais aller faire mes courses. Je m’habille enfin, je prends mon blouson, des sacs de courses et c’est parti. Dans le hall de l’immeuble, je croise Pauline qui rentre de sa garde de nuit. Un petit bonjour amical et c’est tout. Tout rentre dans la normale. Avant de sortir, je jette un œil en arrière. Pauline regarde si elle a du courrier. Elle n’est pas mal pour son âge. Elégante et svelte.
    
    — Bon, Julien arrête. Ça va dégénérer, me dis-je.
    
    Je me détourne mais je vois dans le reflet de la porte de l’immeuble que Pauline me scanne des pieds à la tête. Elle s’arrête même sur mes fesses un instant. Je préfère filer en me demandant si elle fait ça depuis longtemps ou si c’est cette journée bizarre qui continue ? Je me rends à ma voiture, je démarre et sors du parking en direction du centre commercial ...
    ... où j’ai mes habitudes. Je conduis mais je suis perturbé. Je suis à deux doigts de griller un feu rouge. Il faut que je me calme. J’arrive enfin au centre commercial.
    
    Il n’est pas trop grand et ça me convient très bien. Le supermarché, quelques boutiques, une blanchisserie... Bref, l’indispensable mais pas de superflu. Je suis encore tout chamboulé. Il faut que je me change les idées. Je décide de laisser mes sacs dans la voiture et de faire les quelques boutiques en premier lieu. Il n’y a pas grand monde en ce vendredi matin. La galerie vient d’ouvrir, il est assez tôt finalement. Je flâne mais j’ai toujours les évènements de la matinée en tête. Je fais un magasin de maroquinerie puis un de fringues. Je me rends dans un magasin de chaussures un peu cher pour moi et un peu trop chic. Je fais le tour et la vendeuse vient me voir :
    
    — Vous avez besoin d’aide ?
    
    Elle est plutôt ronde cette jeune femme. Elle doit avoir mon âge je dirais. Ses rondeurs sont tout de même bien trop marquées pour moi. Je ne peux quand même pas ignorer les arguments mammaires qu’elle avance.
    
    — Wahou ! Quels obus ! me dis-je.
    
    J’y mettrais bien mon visage ou ma bite. Je rougis en pensant qu’elle a dû remarquer mes yeux baladeurs. En les relevant, je la vois lever un sourcil l’air de dire :
    
    — Ça va ? Je ne vous gêne pas ?
    
    Mais heureusement elle me repose la question et j’attrape la première chaussure venue :
    
    — Heu, je voudrais essayer cette paire. En 45...
    
    — Oui. Bien sûr... Ah, ...
«1234...11»