1. La révélation


    Datte: 01/08/2022, Catégories: fh, jeunes, inconnu, fépilée, fête, jalousie, Voyeur / Exhib / Nudisme noculotte, Oral 69, fsodo, init, Auteur: Lord of Sitges

    Quand j’avais 20 ans, j’avais une copine de tout juste 18 ans, Charlotte, avec qui je sortais depuis déjà 6 mois. Elle me plaisait beaucoup car elle était assez mignonne et enjouée. Je m’amusais pas mal avec elle. Nous n’avions pas couché ensemble à proprement parler. Son credo était un air connu : « Je dois me réserver pour mon futur mari ». Ce n’était pour autant pas totalement chaste. Je pouvais non seulement mettre ma main dans sa culotte autant que je le voulais, mais elle ne se privait pas de faire de même, et de temps en temps elle prenait un vrai plaisir à me sucer la queue sans rechigner à aller jusqu’au bout.
    
    En contrepartie, je lui avais fait découvrir les plaisirs que pouvait lui apporter ma langue entre ses cuisses. Je lui avais même procuré une après-midi complète de jouissances ainsi, sans quitter sa chatte pendant plusieurs heures.
    
    Un jour, nous avions convenu d’aller ensemble à une soirée organisée chez une vague amie d’une connaissance entre Nantes et Saint-Nazaire. Je disposais du permis et de la voiture de ma mère, et j’avais obtenu de ses parents l’autorisation de l’emmener si je ne buvais pas et la ramenais en "parfait état".
    
    Trop content, j’acceptai et nous voilà partis en fin d’après-midi. Le printemps était assez avancé et elle était habillée de saison, à savoir une jolie robe légère avec des dessous de dentelle assez classiques, mais assez efficaces pour que je la sache très belle. Elle avait aussi probablement obtenu le feu vert de sa ...
    ... mère pour se maquiller plus que d’habitude. J’avais ainsi le sentiment d’avoir vieilli de quelques années en un jour et de sortir avec une femme adulte.
    
    La maison de notre hôte était vaste, entourée d’un grand terrain et d’un jardin parfaitement entretenu. Les moyens ne manquaient pas apparemment, pas plus que l’alcool qui coulait à flot. Les invités étaient déjà nombreux, je n’en connaissais que très peu. Qu’à cela ne tienne : Charlotte n’était pas timide et ne se sentait pas tenue par ma promesse sur l’alcool. Elle abordait tout le monde et m’a rapidement entraîné sur la piste de danse avant de visiter les lieux.
    
    Au versant sud de la maison, il y avait une piscine. C’est con, mais je n’y avais pas pensé et nous n’avions pas anticipé que nous pourrions nous baigner.
    
    D’ailleurs, peu d’entre nous ne l’avaient fait, et seuls les initiés avaient leur tenue de bain. Il y avait au final plus de voyeurs, verre à la main, que de plongeurs. Je repérai quand même un grand type, probablement un peu plus âgé que moi d’un ou deux ans, et qui jouait la star. Voix forte, blagues lourdes, très fier de lui et sans complexes. J’ai immédiatement eu du mépris pour lui. Ce mépris était d’autant plus grand que son attitude semblait lui attirer les regards amusés des filles. Lui non plus n’avait apparemment pas prévu de maillot et haranguait les autres pour se baigner nus. Les sourires ne compensaient pas le manque d’enthousiasme pour cette bravade, mais lui commençait à se désaper sous le ...
«1234...»