1. Maturations.


    Datte: 25/07/2022, Catégories: fh, jeunes, Voyeur / Exhib / Nudisme miroir, BDSM / Fétichisme Masturbation caresses, intermast, Oral pénétratio, fdanus, fsodo, hdanus, coprolalie, initiatiq, Auteur: Franckosaurus

    Résumé des épisodes précédents :
    
    Temps mitigé ce lundi, l’été tire à sa fin. J’ai envie d’en profiter le plus possible, Fabienne peut partir au loin d’un jour à l’autre. C’est pourquoi je l’ai appelée la veille au soir pour qu’on déjeune ensemble, de façon à avoir plus de temps. Je lui ferai des pâtes, un oncle nous a ramené du lonzo et de la vuletta (filet mignon et joue de porc séchés et salés) de Corse, l’occasion de faire des vraies carbonara. Je mets un blanc sec au frais, et les laïcs à l’air libre. Vite fait, je vais cueillir des pois de senteur violets qui ont éclos partout dans les fossés, et bricoler un beau bouquet, pour mon adorée.
    
    … qui arrive vers 11 h,mamma mia, ma que bella ragazza. Pour une surprise, c’est une sacrée surprise : sandales noires à talons hauts et fins, mollets masqués par du lycra chair et couturé, jupe plissée mi-longue bleu marine, chemisier sans manches blanc, mais plus rempli que d’habitude, des créoles blanches mises en valeur par ses cheveux attachés avec une jolie pince. Elle s’est juste fait les yeux dans les noirs et marron sombre, du gloss sur ses lèvres. Un très joli look un peu années 40. Elle est belle, elle me plaît, elle le sait.
    
    Mes fleurs mauves font leur office : son visage s’illumine (les fleurs, messieurs, les fleurs !). En fait je suis super impressionné, dissuadé par cette beauté, ce bon goût qui fait qu’une meuf plutôt banale peut se transformer en avion de chasse. C’est peut-être aussi un contrecoup des ...
    ... cochonneries de la veille qui me revient en pleine gueule (cf. épisode précédent) : comment avoir osé dégrader une fille pareille ? Adorer et souiller à la fois, ça n’est pas simple à gérer ! Ladite demoiselle est surprise par ma réaction :
    
    — Hé bé alors ? Qu’est-ce que t’as ?
    — T’es ma-gni-fique. J’ai le droit, non ?
    — J’avais un rendez-vous boulot important ce matin, et puis bon, je fais d’une pierre deux coups.
    
    Elle prend la pose, fléchie, jambe en avant.
    
    — En fait je m’en veux un peu pour hier, c’est con, mais c’est comme ça.
    — Hein ? Quoi ? (elle réfléchit, je lui chuchote « pipi ») Ah oui. Ben, y’a aucune raison. Tu ne m’as pas forcée, et j’ai aimé ça. Alors quoi ?
    — C’est compliqué, c’est un peu tabou, quoi.
    — Rhô, le même qui me disait y’a à peine un mois qu’il fallait arrêter avec les délires de princesse !
    — T’as raison, j’ai pas l’air un p’tit peu con, là ?
    — Une vraie chochotte, hihihi !
    
    Et c’est elle qui m’embrasse, toujours ce même parfum floral, désormais imprimé dans mon cerveau. Consciente de son avantage, de son emprise, elle commence à m’attaquer tous azimuts : sa longue langue prend ma bouche, elle colle son bassin et relève une jambe, je la sens – au sens propre comme au figuré – chaude comme la braise, car un autre parfum, intime et familier, monte d’en bas. Je suis pas contre lui faire l’amour tout de suite, hein, mais je veux profiter d’elle encore, si bien habillée, je ne veux plus passer pour un jeune loup mort de faim. Je la repousse ...
«1234...13»