1. Sandra, Esclave De Son Patron - 03


    Datte: 22/06/2022, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byalexandredelafressange

    ... d'ailleurs été posé sous elle, permettant au public de voir la quantité expulsée.
    
    Détachée, elle est ramenée, dans un état second, à la table de Roger, un serveur déposant ledit bol devant elle, lorsqu'elle s'est enfin assise.
    
    -- Tu es heureuse? Il t'a bien baisée? l'interroge son chef.
    
    Mécaniquement, elle répond : - Oui ... Monsieur... je suis heureuse... il m'a bien baisée...
    
    - Bien! Maintenant, bois!
    
    Ce disant, il lui tend la gamelle et Sandra, le regard vide, avale la semence du canidé.
    
    Son patron l'oblige ensuite à regarder la suite du spectacle : sur la scène, une autre dame, d'une trentaine d'années, est prise par un dogue allemand. Elle dégoûtée de ce qu'elle voit, et plus encore de ce qu'elle vient de subir.
    
    Elle se souvient de la douleur qu'elle a ressentie lorsqu'il la pénétrée. La tête lui tourne, elle pense qu'elle va s'évanouir. Jamais elle ne s'est sentie si sale et si dégradée. Mais son boss la ramène déjà à la sordide réalité :
    
    - Tu aimerais à nouveau te faire baiser par un gros chien?
    
    Le regard vide, elle sait qu'elle doit acquiescer : - Oui... j'aimerais à nouveau me faire baiser par un gros chien...
    
    La regardant avec un sourire mauvais, il se contente de répliquer : - On verra ce qu'on peut faire dans un futur proche. Tu seras alors une véritable chienne...
    
    La secrétaire, de retour à la maison, profite de la semaine de récupération que son patron lui a octroyée. Elle s'occupe des enfants, de son mari avec qui elle fait ...
    ... l'amour passionnément, comme pour se faire pardonner des dégradations subies, même si elle ne peut oublier l'humiliation subie : -- J'ai été saillie par un chien, ne cesse-t-elle de se murmurer.
    
    Chaque jour, elle se blottit dans les bras de son époux, lui disant combien elle l'aime.
    
    De retour au travail, le lundi suivant, elle doit à nouveau montrer à son boss sa chatte totalement épilée. Celui-ci, le mardi, l'oblige à passer la journée avec un gode vibreur profondément enfoncé dans son vagin. De temps à autre, il ne manque pas de déclencher celui-ci, tantôt lorsqu'elle seule avec lui dans son bureau, tantôt lors de réunion avec ses collègues.
    
    Le mercredi matin, Roger lui a également annoncé qu'elle ne devrait aller à le rejoindre à l'hôtel le midi, mais se rendre avec lui chez un « ami ». Le trajet dure une vingtaine de minutes. Sandra, horrifiée, se rend alors compte qu'ils se sont arrêtés devant un chenil. L'invitant à descendre, son supérieur l'emmène à l'intérieur du bâtiment avant de lui présenter le propriétaire de lieux et d'engager avec ce dernier la conversation :
    
    - Salut Didier! Voici Sandra! Comme je te l'ai dit par téléphone, ma secrétaire s'est découvert une véritable passion pour les chiens. Je sais que tu dresses tes « pensionnaires » avec sérieux, y compris pour les besoins les plus étranges. J'ai décidé de faire surveiller mon usine par un labrador noir. C'est mon assistante qui s'en occupera avec amour... Tu as ce qu'il nous faut?
    
    - Bien sûr, ...
«1234...»