1. Source Chaude (7)


    Datte: 19/06/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Robin3538

    En découvrant le lit, je ne pus m’empêcher d’afficher un large sourire, car d’un côté était allongée Gaëlle, plus sexy que jamais, et de l’autre Johann, vêtu simplement de son boxer qui était déformé par une bosse volumineuse...
    
    Poussée par une envie irrésistible, je m’avançai vers le lit, jusqu’à venir poser le genou sur celui-ci. Notre bel islandais se redressa alors pour venir m’accueillir avec un baiser simple, puis qui gagna en intensité quand il déposa ses mains sur mes épaules pour m’entraîner sur les draps. Le plus naturellement du monde, je me laissai tomber sur le dos et c’est alors Gaëlle qui se pencha sur mon visage pour m’embrasser tendrement. Tandis que nos langues se rencontraient, je sentis une main chaude se déposer sur mon sein gauche pour le malaxer avec douceur et des lèvres venir téter mon téton droit.
    
    Déjà surexcitée, cette simple caresse de la poitrine m’électrisa et fit tressaillir mes jambes. Avec douceur, Gaëlle quitta mes lèvres pour venir embrasser mon cou à plusieurs reprises, puis commença à me faire un suçon alors que je sentais ses doigts venir caresser mon ventre. De son côté, Johann remonta pour embrasser ma joue et venir chercher mes lèvres, tandis qu’il s’amusait à pincer le téton qu’il venait de sucer. Toutes ces caresses et embrassades étaient si délicieuses que je restais pour ma part impuissante, ne sachant que faire de mes dix doigts.
    
    Une fois son ouvrage terminé sur mon cou, Gaëlle profita que je sois occupée avec Johann pour ...
    ... venir se faufiler contre mon dos et pressa sa poitrine contre moi. Alors que je profitais de ce délicieux contact et pendant que je jouais de ma langue avec celle de mon nouvel amant, elle en profita pour venir me caresser les jambes. Excitée comme j’étais, je ne tardai pas à les ouvrir d’impatience et frissonnai quand je sentis ses doigts caresser l’intérieur de ses cuisses. Alors que je m’agitais d’impatience, ma main heurta soudain une pièce de tissu chaude dont je devinai immédiatement la nature, et entreprit alors de caresser la bosse qui se trouvait à l’intérieur.
    
    Malgré le boxer qui l’étouffait, je devinais que le sexe de Johann était clairement aussi impressionnant qu’il m’avait semblé être. Sa bite était dure comme l’acier et je pouvais sentir son gland être comprimé par le tissu. Sans attendre plus longtemps, je faufilai ma main sous l’élastique et attrapai sa hampe de chair qui sortit alors à demi à l’air libre, que je commençai à masturber. Alors que Johann interrompait son embrassade pour lâcher un long soupir d’exaltation, je frissonnais en sentant les doigts de Gaëlle venir caresser mes lèvres déjà trempées, les parcourant de long en large pour mon plus grand plaisir.
    
    Dans ma main, je pouvais sentir le sexe de mon amant achever de grossir, atteignant une telle proportion que mes petits doigts semblaient à peine suffisants pour enserrer son membre. Je baissai les yeux pour examiner ce que j’étais toujours en train de masturber et eus un choc en découvrant ...
«1234...9»