1. Ainsi soit-il pour qu'il soit elle


    Datte: 18/05/2022, Catégories: f, h, fh, ff, jeunes, copains, collection, Voyeur / Exhib / Nudisme Masturbation Oral pénétratio, fsodo, hsodo, sf, Auteur: Tanis

    Marine ouvrit un œil. Comme chaque jour le réveil était douloureux. Mais aujourd’hui, par la fenêtre ouverte un rayon de soleil filtrait dans la chambre entre les rideaux, inondant le lit de rayons dorés. Elle se sentait bien, merveilleusement bien. Elle s’étira en gémissant puis referma les yeux, s’attardant encore sur l’oreiller avec un soupir d’aise. Paresseusement elle se retourna, s’étirant langoureusement.
    
    Puis poussant un cri, elle ouvrit les yeux tous grands, et se redressa. Les quelques images entre-aperçues ne collaient pas à sa vision habituelle du réveil ! Où était-elle ?
    
    Ce n’était pas sa chambre ! Non ! Et pourtant le lieu ne lui était pas étranger… La commode, et le grand miroir… oui, ça y était ! Elle était dans la chambre de Loïc, son copain.
    
    Comment était-elle arrivée ici ! Et lui ! Où était-il ? La place qu’elle occupait dans le lit lui faisait bien prendre conscience qu’elle y était seule, et qu’elle y avait été seule toute le nuit ou du moins en partie ! Elle rejeta le drap de son corps. Marine regarda le pyjama qui la couvrait. Jamais elle ne mettait de pyjama ! C’était un vêtement qu’elle détestait ! Même les chemises de nuit la dérangeaient. Ces vêtements qui s’enroulaient en se tordant autour du corps lorsque l’on se retournait, elle ne supportait pas du tout !
    
    Reposant le drap plus loin encore, elle sauta du lit, et courut vers l’endroit où se trouvait la salle de bain. Passé la porte, Marine eut un mouvement de recul… non ! Ce n’était ...
    ... pas elle, ça… Face à elle, l’image reflétée dans le miroir était celle de Loïc. S’avançant prudemment, elle s’approcha du miroir et de l’image qui s’y dessinait. C’était bien Loïc ! Leurs gestes étaient identiques, et coordonnés. Leurs bras bougeaient en même temps. Elle s’arrêta à cinquante centimètres du lavabo surmonté de la grande glace. Ahurie, elle leva la main et se la passa sur le visage en signe de perplexité caressant la présence de fins poils d’une barbe naissante. Là dans le miroir, l’image de Loïc suivait ses mouvements en les imitant. Lentement elle déboutonna la veste de pyjama, écartant doucement les pans du tissu qui tomba à terre. Ses seins ! Ses seins avaient disparu, deux minuscules petits tétons se dressaient à leur place, perdus dans une légère broussaille de poils noirs.
    
    Saisissant le bord de son pantalon, elle s’attarda avant de descendre celui-ci, appréhendant ce qu’elle allait découvrir. Son corps était celui de son ami, et si elle n’avait plus de poitrine, il y avait beaucoup de chance qu’elle ait hérité d’autre chose !
    
    Ce qu’elle ressentait n’était pas normal, et pourtant rien ne lui faisait mal.
    
    Ce vide qu’elle éprouvait parfois entre les jambes, se trouvait maintenant remplacé par une présence inconnue. Une bosse gonflait à présent l’entrejambe à l’avant du pyjama.
    
    Abaissant le pantalon doucement, Marine dévoila son pubis, révélant un buisson de poils noirs et fins. Elle dut tirer sur la ceinture pour contourner ce qui l’empêchait de ...
«1234...13»