1. Une femme de service... particulier


    Datte: 15/05/2022, Catégories: fh, fhh, hagé, candaul, copains, grossexe, groscul, soubrette, Voyeur / Exhib / Nudisme photofilm, Masturbation Oral 69, pénétratio, double, Partouze / Groupe fsodo, Humour couplea3, Auteur: Jacquou

    Bien calé dans son fauteuil, monsieur Muller regardait évoluer Marthe, son chiffon à la main, en train de dépoussiérer ses meubles. Veuf depuis cinq ans, approchant les quatre-vingts ans, il avait embauché depuis deux mois cette alerte quinquagénaire native du Cameroun pour son ménage, son repassage et d’autres menues activités. Elle lui rendait visite deux heures deux fois par semaine, et c’était toujours un grand bonheur pour lui de la voir rompre sa solitude.
    
    Ses services allaient bien au-delà des tâches ménagères, en ce sens qu’elle lui offrait le spectacle d’une femme enjouée, pulpeuse, toujours en mouvement. Son sourire éclatant, ses seins lourds, ses cuisses faites pour s’ouvrir et ses fesses charnues le régalaient mieux que n’aurait fait n’importe quel film ou vidéo.
    
    Marthe en était parfaitement consciente. Elle accentuait parfois la cambrure de ses reins, redressait le buste et ne se formalisait pas si la main baladeuse de son client s’égarait sur sa croupe. De toute façon, elle savait qu’elle ne risquait rien : monsieur Muller avait perdu sa virilité depuis un certain temps. En revanche, son esprit coquin fonctionnait bien et comme elle n’était pas pudibonde, cela ne la dérangeait en rien. Elle avait connu des clients plus dérangeants et lui était charmant, attentionné, pas chien sur les étrennes et autres petits cadeaux. Et surtout, il n’était pas raciste.
    
    Un jour pourtant, il réussit à la surprendre. Alors qu’elle était en train d’essuyer une partie de la ...
    ... vaisselle dans la cuisine et lui, assis à table en train de siroter un café, il lui déclara :
    
    — Marthe, il faut que je vous fasse une proposition, mais attention, hein, pas ce que vous croyez. Enfin, pas tout à fait. Voilà. J’aimerais, heu…, j’aimerais vous regarder en train de faire l’amour avec votre mari. Je vous paierai pour ça, bien sûr.
    
    Marthe resta le torchon en l’air. Alors ça, elle ne s’y attendait pas. Elle aurait été moins surprise s’il lui avait proposé de lui tailler une pipe.
    
    — Qu’est-ce que vous voulez dire par là, monsieur Muller ? Vous voulez me regarder faire l’amour ici, chez vous, avec mon mari, c’est bien ça ?
    — Exactement. Je vous paierai 500 euros pour ça. Mais il faudra que ça dure au moins une demi-heure. Avouez que ça vaut le coup, non ?
    — C’est que… mon mari ne sera peut-être pas d’accord.
    — Et vous, qu’en pensez-vous ?
    — Oh moi, vous savez, faire l’amour, j’aime ça ! Ce n’est pas le problème, mais devant vous, quand même, monsieur Muller, enfin, c’est un peu particulier.
    — Je serai très discret, je me mettrai dans un coin, vous m’oublierez.
    — Si ça peut vous faire plaisir… mais il ne faudra surtout pas le dire, je serais virée de mon emploi pour avoir fait ça.
    — Cela restera entre nous, soyez tranquille. Parlez-en à votre mari, vous me direz la prochaine fois.
    
    *****
    
    Le septuagénaire attendit avec fébrilité la décision de son employée de service. Elle arriva, comme d’habitude le sourire aux lèvres, un bandana dans les cheveux, ...
«1234...»