1. Retrouvailles... charnelles


    Datte: 12/05/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Plaisir d'écrire

    – Je ne pensais pas que je vivrais ça un jour avec toi, Damien.
    
    La tête contre mon épaule et la main posée sur mon ventre, Mathilde me regarde. Ses yeux sont brillants. Elle reprend son souffle, elle aussi.
    
    – On en a parlé, ces derniers jours… J’étais amoureuse de toi, Damien. Et là…
    
    Mathilde s’arrête. En effet, on en a parlé, ces derniers jours… Elle demandait de mes nouvelles à ma petite sœur Pauline… Elle m’écrivait des petits mots, avec des jolis dessins et des cœurs. Ma sœur m’avait même dit un jour que Mathilde me trouvait beau et quand elle serait adulte, elle se marierait avec moi. Et puis, les années ont passé et on s’est perdus de vue. Jusqu’à…
    
    Allongés dans son lit, nus malgré la couette humide qui recouvre nos corps, nous sommes bien. Je lui caresse tendrement les cheveux et je lui dépose un petit baiser sur le front. Mathilde soupire et elle me regarde les yeux dans les yeux. Sa main droite se pose sur ma joue. Mathilde est belle. Nous venons de faire l’amour et c’était beau. Bon…
    
    Je suis là depuis deux semaines, de retour dans le village où j’ai passé mon enfance ainsi que mon adolescence. Je suis parti à mes dix-huit ans lorsque j’ai poursuivi mes études à l’université. Celle-ci se trouvait dans la plus grande ville de la région, à une dizaine de kilomètres du village. J’ai donc dû m’installer en ville, dans un petit studio étudiant d’environ vingt mètres carrés. J’y étais bien. J’ai passé six ans dans cette ville où j’ai obtenu ma licence ...
    ... d’Histoire. J’avais enchaîné sur un master pour devenir professeur d’Histoire-Géographie mais j’ai abandonné le cursus une poignée de mois avant son terme parce que ça ne me plaisait tout simplement plus. Je me suis inscrit dans une autre université du sud de la France pour suivre une formation d’un an afin de devenir guide touristique. La ville m’ayant plu au cours de l’année, j’ai décidé d’y poser définitivement mes valises. Ça fait désormais presque six ans. Mes parents, eux, habitent toujours le village.
    
    Ma mère étant malade depuis plus d’un an, la faute à un cancer des poumons qui gagne du terrain petit à petit, je me suis accordé un break de deux semaines, histoire de passer le plus de temps possible à ses côtés pendant qu’il en est encore temps. Comme on dit: «On ne sait jamais de quoi demain sera fait»… J’ai donc voulu profiter de ma chère «petite» maman pendant que je le pouvais. Je ne voudrais pas regretter amèrement par la suite de pas avoir profité d’elle alors qu’elle est vivante en dépit de ce salaud de cancer. Pour venir jusqu’à chez mes parents, j’avais décidé de prendre le train. Mais avant… La santé de ma mère étant fragile, je ne voulais pas courir le moindre risque. J’ai donc réalisé un test Covid soixante-douze heures avant mon départ. Au final, le test s’est révélé négatif. L’avant-veille et la veille de mon voyage, j’ai préparé consciencieusement ma valise et j’ai veillé à ne rien oublier. La veille au soir, je me suis couché tôt parce que mon train ...
«1234...8»