1. Mariage Kabyle (1)


    Datte: 10/05/2022, Catégories: Gay Auteur: Calinchaud

    Découverte de la Kabylie
    
    Pendant un peu plus d’un an, j’ai été en couple avec un Kabyle, Ilyas, homme magnifique, hyper-velu, super bien membré et chaud comme de la braise, comme la plupart des Kabyles, d’ailleurs, il n’en avait jamais assez. Il suffisait que je l’effleure, pour qu’il bande comme un âne et me culbute dans tous les coins, et ce, plusieurs fois par jour. Son appétit sexuel était gargantuesque, et même si j’adore ça, j’avais quelquefois du mal à l’assumer...
    
    Ilyas était beaucoup, beaucoup plus jeune que moi, et cette forte différence d’âge n’a jamais été un problème pour nous, nous semblions vraiment fous l’un de l’autre. Sauf que... Sauf que... La culture, le poids des non-dits ont eu raison de notre couple, et quand sa « soi-disant » meilleure amie, qui avait compris nos liens s’est bien rapprochée de lui, d’abord très amicalement et ensuite pour le « moralement correct », elle a réussi à le ramener dans le « droit chemin » et nous faire voler en éclat.
    
    Ilyas m’a mis brutalement dehors un soir de dispute, en me disant qu’il était fou amoureux de moi, mais que ce n’était plus possible entre nous... Merci Célia... Je ne sais pas s’il est toujours avec elle, je ne sais pas s’il est heureux, mais c’est SON problème et ce n’est pas le sujet de ce récit.
    
    Pendant notre vie commune, j’ai pu rencontrer quelques-uns de ses amis kabyles, dont Réda, que j’adorais, un peu comme un neveu et qui m’appelle toujours Tonton d’ailleurs. Cette affection était ...
    ... sincère, réciproque, et même si du fait de ces fameux « non-dits » kabyles nous n’avions jamais évoqué l’aspect sexuel de notre relation avec Ilyas, il la connaissait parfaitement, ainsi que mes goûts vers les hommes hyper-velus et super bien montés.
    
    Il me parlait quelquefois de son oncle au bled, en manière de plaisanterie, Omar, velu comme un singe, avec des poils qui lui sortaient de partout, hyper-bien équipé d’après ce qu’il avait pu voir au Hammam quelquefois, et toujours célibataire, peu courant dans leur région.
    
    Quelques semaines après cette rupture plus que douloureuse avec Ilyas, Réda, mon neveu d’adoption, m’annonce qu’il va se rendre en Algérie, pour assister au double mariage de son frère et de sa sœur, les deux fêtes étaient célébrées en même temps, pour réunir toute la famille un peu dispersée, en Algérie, en France et ailleurs, ce qui représentait quand même plusieurs centaines de personnes.
    
    Alors que nous étions attablés à la terrasse d’un café parisien, partageant une bière, Réda m’a proposé de l’accompagner, de venir avec lui pour me faire découvrir ce qu’était qu’une vraie fête familiale kabyle.
    
    — Viens avec moi, tu verras, tu vas trop aimer.
    
    — Mais je ne suis pas de ta famille, et elle ne me connaît pas.
    
    — Oh que oui elle te connaît... Ils savent tout ce que tu fais pour moi, comme un vrai Tonton... Viens avec moi, Marc, mon Tonton... !!!
    
    — Mais il faut des formalités pour ça... Un Visa, et je vais aller où ?
    
    — T’inquiète pas pour ça ...
«1234»