1. Avec ma jeune belle-soeur (2)


    Datte: 09/05/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Ghghgh13

    Deux semaines s’étaient écoulées depuis que j’avais maté Maeva dans la douche et aucune crise n’avait éclaté, je supposai donc qu’elle n’avait pas mis Juliette au courant, et c’était tant mieux !
    
    Le samedi suivant, Maeva devait venir chez nous pour le déjeuner. Je devais passer la chercher à onze heures après avoir déposé Juliette chez le coiffeur.
    
    J’appréhendai un peu le trajet seul avec Maeva, mais elle était naturelle comme d’habitude et à aucun moment elle ne fit allusion à l’épisode de la douche. Je me sentais rassuré !
    
    Mais en arrivant chez moi, je ne pus m’empêcher de la mater à nouveau. Lorsqu’elle retira sa veste, mes yeux descendirent instinctivement vers son fessier parfaitement moulé dans son jean taille haute. Elle se baissa pour ôter ses chaussures, ce qui eut pour effet de mettre sa croupe encore plus en valeur et de déclencher un frisson d’excitation dans mon slip.
    
    A ma grande surprise, sans même se retourner, elle me dit « Si tu aimes tant mater, pourquoi tu ne viens pas toucher ? »
    
    Comme je restais silencieux, ne sachant que répondre, elle s’approcha de moi en me regardant d’un air interrogateur. Je me mis à bafouiller « Je ne peux pas faire ça à Juliette, en plus tu es sa demi-sœur ».
    
    — Si toi tu ne peux pas, alors laisse-moi faire.
    
    Et comme elle prononçait ses mots, elle posa la main sur mon entrejambe.
    
    Je me retrouvais à nouveau figé. Elle me regardait droit dans les yeux et elle se mit à malaxer mon paquet, que je sentais ...
    ... grossir sous ses caresses et son regard lubrique.
    
    Je sentais l’excitation monter et je fermais les yeux pour essayer de me détendre. Tâchant de ne pas réfléchir à ce qui était en train d’arriver.
    
    Je la vis à peine s’agenouiller devant moi. Elle défit les boutons de mon jean et le fit tomber à mes pieds, laissant apparaître mon slip gonflé. Elle caressa un peu mon paquet avant d’enlever le slip pour libérer ma queue déjà à trois quarts dure.
    
    Je la vis se mordre les lèvres en regardant mon engin, elle prit alors mes couilles en main. J’ai des couilles de belle taille et les sentir rouler entre ses petites mains finit de faire durcir mon manche.
    
    Sa main droite le prit alors en main et elle commença à me branler doucement. Elle leva les yeux vers moi et se lécha les lèvres. C’était une vision magique.
    
    Elle passa alors sa langue sur mon gland, une main toujours sur mes couilles, l’autre branlant mon membre. Elle s’amusa comme ça quelques secondes avec ma queue avant de la prendre en bouche.
    
    J’avais très peu d’expérience de la pipe, Juliette n’aimant pas ça. Maeva, elle, semblait plutôt experte en la matière... Je prenais un plaisir fou à la regarder s’activer sur ma bite qui lui remplissait bien la bouche.
    
    Elle me branlait en même temps, sa langue tournait autour de mon gland, descendait sur mes couilles pour remonter tout le long de la verge et la reprendre en bouche. Je n’avais toujours pas bougé, mon cerveau en pause, dans le hall de l’appartement, mon corps ...
«12»