1. Quand l'élève est prête, le Maître apparaît... (15)


    Datte: 11/01/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Sensuelle Emilie

    ... l’eau dans la cafetière, je sens sa main se poser sur ma fesse et la caresser.
    
    — Et là, c’est toujours du harcèlement ?
    
    — Ça se pourrait bien, oui.
    
    Sa main glisse sous ma robe. Je glousse : elle est chaude sur ma peau.
    
    — Tu ne disais pas ça la dernière fois… J’ai très envie de voir ce que tu caches en dessous.
    
    — Mais comme vous l’avez exigé : rien.
    
    — Hmmm… vraiment ?
    
    Il relève ma robe jusqu’à la taille et constate, avec un plaisir non dissimulé, que je ne porte rien d’autre que des bas et un porte-jarretelles. Je sens une douce moiteur naître dans mes chairs. Je gémis doucement alors que ses doigts caressent mon abricot fraîchement épilé de la veille. Je me retourne face à ui et tire doucement sur la glissière de ma fermeture éclair. Lentement, ma peau se dénude jusqu’au milieu de ma poitrine. Je lui souris alors qu’il passe la pointe de sa langue sur ses lèvres.
    
    — Tu es très obéissante. J’apprécie beaucoup.
    
    Sans hésiter, il saisit mon sein. Il me pince le téton, m’arrachant un petit cri de douleur, suivi d’un gémissement de plaisir. Ses doigts se frayent un chemin jusqu’à mon abricot juteux et tirent sur la chaînette des boules de Geisha. Je lâche un gémissement alors que la première est à la limite de sortir. Il relâche la tension pour recommencer. Le va-et-vient des boules dans mon vagin m’excite énormément. J’enfonce mon visage contre son épaule pour étouffer mes geignements alors qu’il accélère le mouvement. Je m’appuie contre le meuble. S’il ...
    ... continue, je vais jouir, là, dans le coin cuisine. Mais il s’arrête brutalement et recule de deux pas, lorsque la voix de Richard annonce la reprise de la réunion. Il se retourne et me cache au regard de mon chef pour me permettre de me rhabiller.
    
    Je suis frustrée de cette interruption. Alors que je passe devant lui pour regagner la salle avec le café, il me chuchote à l’oreille.
    
    — Un des privilèges du Maître. Ne t’autoriser à jouir que lorsqu’il le souhaite.
    
    — C’est… c’est de la triche, Monsieur.
    
    — Non, un jeu ou une punition selon les circonstances.
    
    Je fronce les sourcils et regagne la salle en me demandant quelle idée peut lui trotter derrière la tête.
    
    La réunion se prolonge jusqu’à ce que Richard y mette un terme à midi, pour que nous puissions aller déjeuner. Avant, je récupère les dossiers.
    
    — Je descends aux archives, dis-je à Richard.
    
    — Tu sais, ça peut attendre.
    
    — Au moins ça sera fait.
    
    Je lance à Mathieu un sourire très suggestif, en passant la pointe de la langue sur mes lèvres. Je le vois sur le point de m’emboîter le pas, mais Richard l’intercepte.
    
    Sans me presser, je me dirige vers l’ascenseur et descends au sous-sol.
    
    Salle des archives
    
    Cinq minutes plus tard, je me retrouve perchée sur un petit escabeau pour ranger mes derniers dossiers. J’entends des pas derrière moi. Je me retourne et vois Mathieu appuyé contre les étagères.
    
    — La vue est plutôt pas mal.
    
    Je hausse un sourcil et descends, face à lui. Il se rapproche ...
«1234...»