1. Un voyageur bien curieux (1)


    Datte: 03/01/2022, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme Auteur: Leasoluis

    Histoire écrite avec l’aide de Yanos :
    
    Il est tôt ce matin mais c’est l’été et il fait déjà très chaud quand j’arrive à la gare. Dans ces conditions je suis vêtue le plus légèrement possible : en haut, je porte un t-shirt bleu assez ample et aéré disons, sans soutien-gorge ; en bas, un tanga et par dessus une jupe courte. Il est 8h du matin et je rentre d’un week-end chez une amie. À cette heure-ci, il n’y a pas grand monde dans la gare ni sur les quais d’ailleurs. Tant mieux, je serai plus tranquille. Mon train arrive enfin en gare, je monte dans le wagon le plus proche de moi et je m’installe sur un siège double sur ma droite. Ça fera bien l’affaire.
    
    Sur ma gauche, de l’autre côté du couloir séparant les rangées de fauteuils du wagon sont installés un homme et une femme ; un jeune couple (dans les vingt vingt cinq ans) à priori. Elle, côté couloir et lui, côté fenêtre. Le mec est brun, plutôt beau gosse et tatoué sur le bras, avec de jolis yeux clairs. Et la fille est une belle petite blonde. Manifestement Madame dort profondément. Rien ne semble perturber son sommeil. Après quelques minutes de trajet, je sens bien que le mec d’à côté jette régulièrement des coups d’œil dans ma direction. Je crois que mes longs cheveux noirs, mes yeux et ma bouche pulpeuse, mon joli bonnet D et mes jambes musclées lui plaisent bien. Puisqu’il a envie de me regarder, je décide de lui en offrir un peu plus.
    
    Je me penche lentement en avant, pour refaire mon lacet. Mon t-shirt, ...
    ... ample, baille allègrement au niveau du décolleté et il est plus qu’évident que le bel inconnu a une vue certaine sur mon opulente poitrine. D’autant que je ne porte donc pas de soutif. Je sens son œil lubrique sur moi pendant que je refais le nœud de ma basket. Je me rassois comme si de rien n’était. Je pense qu’à ce moment-là, il ne sait pas encore que je sais… Mais, ça ne saurait tarder. Un coup d’œil rapide pour vérifier que la blondinette dort toujours… ok. Je pose mes mains au niveau de mes genoux, le soleil fait briller ma peau hâlée et tellement douce. Je me mets à remonter mes mains vers le haut et je finis donc par relever ma jupe, lentement mais sûrement. Le haut de mes cuisses se découvre petit à petit du tissu et je ne tarde pas à présenter mon tanga noir au regard de mon voyeur du jour.
    
    Cette fois-ci il ne peut ignorer que j’agis de manière volontairement exhibitionniste. Ma jupe est retroussée sur le haut. J’ai une main posée sur le sous-vêtement et l’autre sur ma cuisse chauffée par le soleil qui tape à travers la vitre du wagon. L’inconnu ne cherche plus à être discret, il me mate sans rien dire mais sans jamais me quitter des yeux. Rien n’est calculé ici, j’agis par instinct, laissant parler mes envies. Ainsi, je me décide à me caresser un peu par dessus la culotte. Je dépose mon pied gauche sur l’assise, j’ouvre un peu plus les jambes et pivote légèrement le bassin pour que le mec est une vue un peu plus dégagée sur mes actions. Je suis d’humeur joueuse et ...
«123»