1. L'avilissement d'Aurore - Partie 06


    Datte: 02/01/2022, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byalexandredelafressange

    NDLR : quelques paragraphes de la présente aventure sont un clin d'œil indirect à une histoire publiée en 2007 par Lecteur 9 ("L'enseignante"), même s'il reste peu en commun.
    
    Chapitre 10 -- Retour à l'école
    
    La mariée devient donc, à sa plus grande crainte et pour deux semaines, attachée au secrétariat et pion officiant au sein d'une école internationale exclusivement fréquentée par des garçons originaires d'Arabie saoudite et tous issus de la haute noblesse et de la grande bourgeoisie. Dès son arrivée, le Directeur l'a clairement prévenue :
    
    - J'ai eu mon ami Pierre au téléphone et il m'a expliqué en détails vos pulsions sexuelles. Je lui ai assuré que vous seriez pleinement au service de notre institution...
    
    Je ne tolérerai aucune plainte de nos élèves, d'autant que les droits d'inscription payés par leurs parents sont particulièrement élevés et nous permettent de nous autofinancer.
    
    L'établissement, dénommé « Lycée Salmane Al Saoud », en hommage au roi actuel, est implanté derrière une façade discrète dans un quartier périphérique de la Capitale.
    
    Malgré toutes les humiliations passées, la jeune femme reste très élégante, sans compter sa beauté naturelle, ses yeux bleus, ses cheveux blonds, sa peau douce et hâlée.
    
    Dotée d'une belle poitrine, elle attire les regards et les désirs. Ses seins ronds aux petites auréoles pointent sous ses chemisiers, qu'elle porte ou non un soutien-gorge. Son ventre plat, sa chute de reins soulignent une croupe fine mais ...
    ... cambrée.
    
    Ses fesses, d'une beauté excitante, sont fermes, bougeant de façon suggestive à chaque fois qu'elle met une jupe un peu trop serrée. Son sexe délicat, épilé hormis quelques poils pubiens, rend fou de désir tous les hommes. A cause de ses formes très attirantes, tous les yeux masculins la déshabille lorsqu'ils la croisent. Même si elle aime son corps et en prend soin, elle est pudique par éducation. Malgré les épreuves subies qui ont miné sa confiance, elle tente de rester digne.
    
    L'auxiliaire, traumatisée par les expériences vécues, évite autant que possible les contacts avec la gent opposée. Ses relations se résument à des banalités échangées avec de rares personnes. Après quelques jours, elle commence à trouver ses marques, entre son travail de bureau, la surveillance des classes (en cas de professeur absent) et des dortoirs (deux étudiants par chambre) de l'internat.
    
    En ce jeudi soir, alors qu'elle traverse le couloir, vers 23 heures, elle entend un murmure provenant d'une pièce dont la porte est entrebâillée : - Madame! Intriguée, l'intérimaire s'approche du matelas et reconnaît Ayoud Tahal, l'un des élèves, dont le regard la dévisage souvent, ce qui la gêne plus qu'elle n'ose se l'avouer.
    
    Il geint :
    
    - Je n'arrive pas à dormir, j'ai mal...
    
    Le gamin, âgé de 16 ans, s'est blessé au ventre au cours de l'après-midi. Aurore esquisse un faible sourire et s'assoie sur le bord du lit, jetant un coup d'œil à son pansement :
    
    - Tu sais, je ne crois pas que ...
«1234...9»