1. Caverne saphique (1)


    Datte: 29/12/2021, Catégories: Lesbienne Auteur: Danslambre

    C’est un matin pluvieux et gris. Pourtant mon humeur est assez bonne. Les rêves de cette nuit m’ont émoustillée. Nous avons pris plaisir à nous échauffer l’un l’autre par message : de jolies photos, des corps emmêlés, des idées mouillantes. Mon excitation monte de quelques crans. Je sors nue du lit. Le carrelage est froid sous mes pieds. Mes tétons pointent en découvrant la température de la pièce. Je m’observe rapidement dans le miroir. J’aime de plus en plus mon corps, je le trouve beau et attirant. C’est assez gratifiant quand on passe autant d’années à y chercher tous les défauts possibles. Je passe dans la salle de bain et je décide de me créer une ambiance. J’allume le chauffage et choisis une playlist. Je lance la douche, le temps que l’eau chauffe. Mes doigts passent sur mon corps. Je m’observe dans le miroir. Je regarde les dernières traces de son passage, ses marques que j’aime tant porter et admirer sur mon corps.
    
    Elles sont en train de disparaître et je m’imagine déjà les prochaines et comment il les incrustera dans ma peau. Mes doigts continuent leur chemin, passent sur mes hanches et puis à l’intérieur de mes cuisses. Je caresse les lèvres imberbes de mon sexe. Celles que j’ai appris à découvrir, mais aussi à toucher. Il est temps de passer sous l’eau. Je prends mon téléphone et je le positionne pour lui faire profiter du spectacle. L’angle a l’air bien, il ne devrait pas en manquer une goutte. Je lance la vidéo et je rentre dans la douche.
    
    La température ...
    ... de l’eau est comme il faut. J’ai attaché mes cheveux pour ne pas les mouiller. L’eau recouvre mon corps et mes mains continuent leur parcours. Puis, j’attrape le pommeau de douche et je change le mode. Je le positionne sur un triple jet rapproché et à pulsion. Je m’assois dans la douche. Je prends appui sur le mur, les jambes pliées et écartées. Je place le jet face à ma vulve. Je règle l’intensité et la chaleur de l’eau pour que les sensations ne soient qu’agréables. Je positionne instinctivement le jet et je le déplace au fur et à mesure des sensations. Mon clitoris est très bien stimulé. La tête réclame ce pommeau. Le plaisir arrive doucement, mais sûrement avec cette technique. Je bouge le bassin en fonction de là où j’ai envie de sentir l’eau sur mon organe du plaisir. Ça monte, c’est tellement agréable. Je me détends. Je laisse les images venir. Alors je ferme les yeux... et je rentre dans mon monde.
    
    Parmi ces images, il y a celle d’une sorte de caverne ou de sanctuaire. C’est sombre. Les murs sont faits de pierres grises et brutes. Ce n’est pas glauque pour autant. Simplement primitif. Je suis au milieu de cet antre, nue. Face à moi, il y a un renfoncement dans le mur. Ça forme une arche où il y a un banc dans cette même pierre grise que les murs. Sur cette assise, je vois plusieurs femmes. Elles sont emmêlées, elles se glissent sur les corps les unes des autres. Elles sont grouillantes d’activité. Elles ondulent toutes l’une sur l’autre, c’est un ballet incessant. ...
«1234...»