1. Le Manoir des Vices (7)


    Datte: 30/11/2021, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Petitefee

    Point de vue de Coralie
    
    Je me réveille en sursaut, le corps couvert de sueur, la respiration haletante... Quel rêve ! J’étais au lit avec un homme et une femme et nous étions dans un corps à corps endiablé... Mais au moment où l’orgasme allait s’emparer de moi, je me réveille brusquement.
    
    Je me mords les lèvres pour pallier ma frustration, tout cela m’a grandement laissé sur ma faim et je sens mon entrejambe bouillir. Respire Coralie, respire...
    
    Je tente difficilement de me calmer mais peine perdue, mon excitation refuse de retomber et il faudrait que je me « termine » à la main. Problème, mon frère dort à côté de moi, encore à poings fermés certes mais je ne peux décemment pas me masturber à côté, d’autant que je me connais, j’ai la jouissance bruyante ! Car oui, je suis une sacrée coquine, couchant souvent à droite et à gauche et j’emmerde tous ceux qui sont faussement outrés par mon comportement. J’aime jouir et le sexe est pour moi un passe-temps des plus agréables.
    
    Changeant de position dans mon sac de couchage, je ferme les yeux et tente de retrouver le sommeil mais au bout d’une petite demi-heure à tourner et me retourner, je dois me rendre à l’évidence, c’est peine perdue. D’autant que je me rends compte qu’inconsciemment, ma main s’est doucement glissée vers mon entrejambe... Passant la fine barrière de tissu de mon shorty, mes doigts frôlent mon mont de Vénus, toujours à fleur de peau après ce torride rêve... Mon autre main glisse sous mon débardeur et ...
    ... vient caresser un de mes seins.
    
    Oooooooooh... Mon corps entre en ébullition et je dois me masturber, c’est une nécessité... Une sorte de brume envahit mon esprit et je ne peux résister à cet appel, malgré la présence de mon frère à un mètre de moi... Je commence doucement à frotter mon petit bourgeon, savourant la sensation de plénitude qui m’envahit peu à peu. Je suis bien...
    
    Je m’apprête à m’insérer quelques doigts quand j’entends soudainement du bruit dans le couloir. Je sursaute, prise d’une soudaine pointe d’anxiété. En même temps, un bruit dans un vieux manoir, en pleine nuit... c’est un scénario digne de film d’horreur. Je tends l’oreille, ce sont... des rires ? Et ça c’est la voix d’Emilie ? Qu’est-ce qu’ils font réveiller à 3h du matin ? Je m’extirpe de mon sac de couchage pour aller voir ce qu’il se passe. Mon frère est toujours profondément endormi. Veinard va.
    
    Je sors de la chambre en t-shirt large et shorty. N’étant pas du genre pudique, mes amis m’ont déjà vu nue un nombre incalculable de fois alors ça ne va pas les choquer outre mesure.
    
    Je me dirige vers la source des bruits, ça vient du grand salon, là où on a posé les sacs. J’entends Emilie rire. J’arrive dans le salon et la scène qui se présente devant moi et manque de faire un arrête cardiaque. Rien n’aurait pu me préparer à ça...
    
    Emilie est assise dans un grand fauteuil, entièrement nue et rie aux éclats alors que Ian et Mathieu sont agenouillés devant elle et se battent presque pour venir ...
«123»