1. offert (1)


    Datte: 25/11/2021, Catégories: Gay Auteur: revilo1

    Me voici aborder le milieu de ma vie. Et des fantasmes me trottent dans la tête.
    
    Je me présente, Tom, 45 ans, 1m78 pour 80 kilos. Plutôt sportif. Anciennement châtain, je vire au gris.
    
    Je ne suis pas homo, je n’aime pas embrasser, caresser un homme. Mais je suis attiré par les queues.
    
    J’ai franchi le pas il y a 3 ans. J’ai osé sur Internet m’adresser à un mec qui voulait un passif. J’ai adoré le sucer, mais la sodomie ne m’a pas fait décoller. Il manquait quelque chose.
    
    J’ai trouvé Hervé, un passif, mais dépravé, dont le péché mignon est de dépraver de bons pères de famille. Il a accepté de m’initier.
    
    La première rencontre fut très stressante pour moi. Mais quand il a posé sa langue sur mon anus, j’ai décollé. Et quand il a commencé à m’insulter, à me fesser, là j’ai presque joui.
    
    J’avais trouvé mon piment. Etre dominé. Etre l’objet de plaisir d’hommes qui me traiteraient de tous les noms.
    
    Hervé m’a appelé tout à l’heure à l’improviste à 9h du soir. Il m’annonce qu’il vient me chercher en voiture et que je dois me libérer vite fait. Tout refus entraînerait la fin de notre relation, tout retard serait puni. Le bon père de famille que je suis doit trouver le prétexte adéquat. Pas évident du tout.
    
    — Chérie, j’ai mon pote Hervé qui a un coup de déprime, il veut discuter dans un bar et passe me prendre, ai-je trouvé comme mobile. Si ma femme savait que son homme, dont elle aime le côté directif, va être un objet sexuel ce soir...
    
    Je m’habille d’une ...
    ... tenue légère facile à enlever, t-shirt et bas de jogging. Pas de slip, enfin un dans la poche pour le retour.
    
    Voilà Hervé. Je monte à côté de lui, on discute tranquillement de banalités 5mn. Puis :
    
    — A poil, m’ordonne-t-il.
    
    Je suis mort de peur. Déjà, je ne sais pas où l’on va. J’imagine qu’il va m’offrir à un homme, puisque lui est passif aussi.
    
    J’obéis, car je suis là pour cela. Nu dans la voiture, n’importe qui pourrait me voir. Enfin non, le soleil se couche, il y a peu de monde et la portière cache mon sexe.
    
    Hervé tripote ma queue qui n’en mène pas large et refuse pour le moment de se dresser. :((
    
    Mais mon plaisir cérébral est en ascension rapide. Surtout qu’il me chauffe à mort avec ses phrases. Il sait jouer avec mon cerveau et me faire décoller.
    
    — Alors salope, t’es prête à sucer des bites ? Petite chienne, tu vas te mettre à quatre pattes et offrir ta chatte à toutes les queues qui auront envie de se vider. Des grossses, des longues, des petites, toutes.
    
    — Et je mettrai ma queue dans ta bouche moi aussi, pendant qu’une bite te défoncera, pour me faire sucer aux mouvements de ton cul.
    
    Cela l’excite lui aussi, tout comme sa queue dont je vois la tête émerger de son short.
    
    — Hum, mais tu as déjà faim ma truie, dit-il en interceptant mon regard. Il sort son membre et me demande de le sucer. Je m’empresse d’obéir. Pourquoi est-ce que j’aime autant cela ? Grande question que je ne me pose pas. Je la suce, comme un affamé, essayant de la faire ...
«123»