1. Débuts prometteurs (1)


    Datte: 22/11/2021, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Pinacoteca

    Première partouze
    
    Claire est une jolie brune, très délurée qui vit dans un bourg près de Toulouse, au mois d’août 1985, elle a 18 ans, n’est plus vierge depuis longtemps et recherche des aventures épicées. Elle travaille comme serveuse dans un des cafés locaux et attire Dupuy, un quadra, copain de son père qui va l’entreprendre et me raconter, trente ans plus tard, une histoire croustillante, celle de sa première partouze.
    
    « Au bar, je discute avec elle, je la sens peu motivée. Elle me dit qu’elle a envie de fric, mais qu’elle n’aime pas bosser. Je remarque qu’elle s’habille mieux qu’avant, presque coquette. Une fois, m’enhardissant, je lui dis :
    
    — Tu sais ma belle comme tu n’es pas farouche (elle sourit), tu pourrais te faire de la tune sans trop forcer...
    
    — Ah bon et comment donc ?
    
    — Ben, quelques soirées privées, avec champagne !
    
    — Tu me demandes de faire la pute ! En s’énervant.
    
    — Mais non ! Des échanges entre adultes consentants, sans obligation.
    
    Si cette conversation se termine ainsi, elle doit réfléchir, car vers la fin août, elle m’entreprend :
    
    — Tu sais, je pars dans peu de temps à mon lycée, mais je serai là les WE. Par rapport à ce que tu m’as dit, il y a des possibilités ?
    
    — Je te tiens au courant, mais déjà ce samedi tu serais libre ?
    
    — Oui.
    
    Le soir même, je contacte deux de mes plus proches compagnons de bringue : un médecin obsédé par le cul, affublé d’un engin démesuré et le quincailler, un bon nounours bedonnant, ...
    ... photographe amateur. Le médecin a un petit chalet au-dessus d’Aspet à un peu plus d’une heure de route, on se débrouille pour se libérer et nous embarquons Claire, discrètement, le samedi matin.
    
    Elle est sexy avec une robe fine printanière, ses longs cheveux bruns, le visage légèrement maquillé. Je suis au volant et elle s’installe à l’arrière à côté du toubib qu’elle connaît bien, médecin de famille et copain de son père.
    
    — Ma chère Claire, cela faisait longtemps que je ne t’avais pas vue... Pas souvent malade, tant mieux pour toi. Tu étais déjà très mignonne, là tu es resplendissante, ce en lui posant sa main gauche sur la cuisse. La dernière fois, tu n’avais pas encore seize ans. C’était à la suite de ton dépucelage, tes parents se sont inquiétés. Je t’ai examiné en détail et tu m’as fait bien bander, ce qui m’arrivait rarement avec mes patientes.
    
    Il y va fort et direct, nous ça nous émoustille et elle ne semble pas choquée de ces souvenirs gynécologiques.
    
    — Voyons si cette magnifique foufoune se porte toujours aussi bien, poursuit-il en remontant sa main, ah pas de culotte, coquine ! Accès direct à la plage. Toujours l’Amazonie ! dit-il en soulevant la jupe...
    
    Moi regardant dans le rétro, la vue de la touffe me fait presque aller dans le fossé...
    
    — Où en es-tu depuis cette défloraison ?
    
    Elle, nerveuse :
    
    — Ben une dizaine de mecs et un copain qui m’a appris beaucoup de choses.
    
    — Il sait que tu es avec nous ?
    
    — Je l’ai quitté en juin, mais j’ai été ...
«1234»