1. Un essayage inoubliable


    Datte: 18/11/2021, Catégories: fh, extracon, inconnu, magasin, essayage, amour, Voyeur / Exhib / Nudisme BDSM / Fétichisme caresses, extraconj, Auteur: Brindhe

    Dans l’épisode précédent : «Un samedi de canicule »
    
    Un jour d’été, dans un petit magasin de lingeries, j’ai aidé une inconnue à choisir des sous-vêtements. Nous nous sommes quittés sans mieux nous connaître.
    
    _______________________________________
    
    J’entre dans la rue de Béthune. Alice m’énerve. J’ai l’impression qu’elle a passé la journée à lever les yeux au ciel, sans jamais rien dire du fond de sa pensée. L’organisation de cette fête chez nous la semaine prochaine a pris des proportions incompréhensibles pour moi. Il faut choisir les décorations, les boissons, la disposition des tables… J’ai l’impression qu’on organise un mariage.
    
    — Tu vas où ?
    — Je vais m’acheter des rasoirs.
    
    Elle a à nouveau levé les sourcils après mon mensonge, mais m’a laissé sortir sans rien dire. Il fait beau et chaud, les rues sont pleines de déconfinés heureux, mais je reste insensible à cette ambiance joyeuse. Il y a bien quelques jupes qui m’attirent l’œil, mais rien n’apaise ma colère rentrée. Au milieu du brouillard de mes pensées dans cette rue bondée, émerge l’image ma belle inconnue aux sous-vêtements violets de l’année dernière. Je n’ai jamais cessé de fantasmer sur elle, et je suis repassé plusieurs fois devant le magasin de lingerie dans l’espoir fou qu’elle y serait, qu’elle me reconnaîtrait et que nous reprendrions les essais de sous-vêtements. Espoirs toujours déçus, je ne l’ai jamais revue. Depuis que je suis en couple avec Alice, j’y pense moins souvent, mais, un jour ...
    ... comme aujourd’hui, son souvenir devient une échappatoire des plus efficaces. Je vais repasser devant le magasin. Rentrer dedans même. Je n’ai jamais offert de lingerie à Alice, mais ce sera mon prétexte pour ressentir le frisson d’y retourner sans avoir l’impression de la tromper.
    
    Je tourne à gauche sur la petite place, j’avance vers le magasin et mon cœur s’accélère brutalement. Elle est là, le dos appuyé à la vitrine. Une robe bleue, la même que l’année dernière, j’en suis persuadé. Elle porte des lunettes noires et regarde quelque part devant elle. J’ai l’impression qu’elle est plus mince que dans mon souvenir, je suis immédiatement assailli par une bouffée de peur et de désir mêlés. Est-ce qu’elle est là pour moi ? Ça n’a aucun sens, ça fait un an… Et en même temps, pourquoi attendre devant un magasin de lingerie ?
    
    Elle tourne la tête à gauche, et elle se fixe sur moi. Je marche encore vers elle, mais mon visage est pétrifié. Elle enlève ses lunettes noires d’une main, me regarde, sourit légèrement. Je réussis à lui rendre son sourire. Elle est revenue pour moi. Elle se redresse et se met à marcher dans la direction opposée, s’éloignant du magasin. Pourquoi fait-elle ça ? Elle veut que je la suive ? Je me sens de toute façon incapable de faire autre chose. Mon cerveau surchauffe. Un souvenir d’Alice qui lève les yeux au ciel. Les fesses de l’inconnue. Elles balancent de gauche à droite en rythme. Elle a minci et elle a mis des talons. Et peut-être qu’elle en rajoute ...
«1234...»