1. L'avilissement d'Aurore - Partie 03


    Datte: 07/11/2021, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byalexandredelafressange

    Chapitre 6 -- Sodomie et polygamie
    
    La journée est pourtant loin d'être finie pour l'auxiliaire qui, moins de deux heures plus tard, se retrouve nue et à quatre pattes sur le lit. Derrière elle, l'élu du Conseil régional :
    
    - Cambre-toi bien, Aurore! Tu as un de ces culs! Quel joli derrière! Rond, ferme, tonique, haut perché!
    
    Et le politicien de caresser, de toucher, de peloter et de malaxer le merveilleux postérieur qui s'offre à son regard. Puis, il pose ses mains bien à plat sur chaque fesse et, doucement, les écarte au maximum, découvrant par cette manœuvre toute l'intimité de la beauté. Sa langue se pose directement sur le petit œillet, tandis que l'employée d'administration le conjure d'arrêter, espérant en vain un peu de compassion :
    
    - Je vous en prie... Je vous en supplie... Même mon mari...
    
    Le Président la coupe et termine la phrase à sa place : - ... Ne m'a jamais enculée, c'est cela? Eh bien, comme je suis devenu depuis quelques jours un peu ton second époux, il me semble que j'ai désormais le droit d'aller là où aucun autre homme n'a été! Enfonçant sa langue dans la caverne secrète, il se saisit de l'un des seins de la jeune mariée. Se relevant, il commence, à l'aide de gel, à masser délicatement le rectum et à y introduire un, puis deux, et enfin trois doigts. Il les fait lentement coulisser dans l'anus d'Aurore, qui n'a jamais été aussi abaissée, et bientôt souillée.
    
    Positionnant sa queue contre la rondelle ainsi élargie, il gifle l'une des ...
    ... fesses de la belle, pour détourner son attention et, l'instant suivant, s'enfoncer jusqu'à la garde dans l'anus :
    
    - Je suis sûr que tu vas finir par aimer, ma chère! Je te prends par le cul et tu ne peux de toute façon ne rien y faire! Tel est mon bon plaisir et je compte bien en profiter souvent!
    
    La subordonnée gémit d'une voix à peine audible, mais son bourreau n'en n'a cure : - Un derrière pareil est fait pour la sodomie. Je ne vais pas m'en priver et j'en ferai profiter d'autres! Joignant le geste à la parole, il fait coulisser son membre d'avant en arrière, s'insinuant le plus loin possible dans l'orifice de la malheureuse.
    
    Le gland, en buté contre la corolle, est comme aspiré et disparaît dans la rondelle distendue.
    
    -- Aaaaaahhhh...Aaaaaaahhhh... J'ai maaaaaaaaalll! hurle la jeune femme.
    
    Au cours de cette terrible intromission, l'assistante administrative ne cesse de geindre, le souffle coupé par la douleur. Elle a l'impression qu'un énorme fer rouge s'est introduit jusqu'au fond de son rectum. Elle n'y est pas préparée. Des larmes envahissent ses yeux grands ouverts et des gouttes de sueur coulent sur son visage.
    
    -- Je vais t'exploser ton fion de salope, lâche soudain son « patron », qui utilise rarement un tel langage.
    
    -- Hhhhhooooompppfffff!
    
    L'élu la saisit fermement par ses hanches et commence doucement à se retirer. Et quand il ne reste plus que le gland, il s'arrête et s'enfonce à nouveau dans le postérieur sans défense.
    
    -- Aaaaahhhhh, vous ...
«1234...8»