1. Noah et Sophie (2)


    Datte: 13/10/2021, Catégories: Hétéro Auteur: Alescritorex

    Comme à son habitude, Noah est en avance au dojo et discute avec ses amis. Sophie elle, arrive juste à temps pour le début du cours. Elle a à peine le temps de saluer quelques personnes, Noah n’en fait pas partie.
    
    Un mois est passé depuis leurs relations. Entre-temps, les vacances scolaires (synonymes d’arrêt des entraînements), puis une absence de Sophie de quelques jours font qu’ils ne se sont pas vus depuis.
    
    Pendant l’entraînement, Noah se propose à Sophie comme partenaire, « Ah désolé, je suis déjà prise ! » répond-elle.Et bonjour peut-être sinon...pense Noah.
    
    Le cours se poursuit. Un entraînement catastrophique pour Noah. Ces derniers temps, il a perdu un peu de poids, il n’est plus très en forme, sa formation universitaire l’épuise et le moral ne va pas fort.
    
    C’est la fin, Noah part se doucher, il traîne un peu, les mains posées sur le mur, les yeux fermés, il reste sous l’eau chaude, son corps est douloureux. Le vestiaire est silencieux, tous sont déjà partis.
    
    L’écoulement de l’eau s’interrompt, Noah s’apprête à appuyer une nouvelle fois sur le bouton poussoir quand il entend « Bon Noah, tu fais quoi ? Je te ramène ? ». C’est Sophie qui est entrée dans les vestiaires.
    
    — Ah pardon ! Oui, je me dépêche ! Ça lui était complètement sorti de la tête. Sophie n’a pas perdu ses habitudes.
    
    Il est nu, le corps trempé. Sophie attend, vêtue d’un survêtement, les cheveux attachés, droite comme un piqué, l’air sérieux. Embarrassé, Noah attrape une ...
    ... serviette pour se sécher en vitesse. Il enfile ses vêtements, si vite qu’il remet un t-shirt sale.Peu importe,se dit-il.
    
    — Allez, on y va !
    
    lance sèchement Sophie.
    
    Dans la voiture, la radio occupe l’espace laissé par un silence pesant. Pesant pour Noah du moins, Sophie n’y prête que très peu attention, concentrée sur la route comme une pilote, elle fait crisser les pneus pour réduire le temps de parcours.
    
    — Voilà, t’es arrivé. À la semaine prochaine !
    
    La voiture étant garée en double file, les warnings allumés malgré quelques places de parking plus loin, Noah se pressait pour récupérer ses affaires et quitter l’habitacle.
    
    — Au revoir ! dit-il une fois sorti. Mais la porte aussitôt refermée, Sophie redémarre. Il devra se contenter d’un signe de main à travers la vitre teintée.
    
    Noah est pris d’une sensation étrange. Il voulait parler à Sophie, il n’arrête pas de penser à elle. Elle a fui, comme si elle ne lui devait plus rien à part un raccompagnement taxi jusque chez lui.
    
    Souvent depuis un mois, il repense à cette scène entre lui et Sophie. Il se masturbe en revoyant le corps de la quarantenaire blonde. Il se souvient de tous ses faits et gestes. De sa mâchoire serrée, de sa taille tordue, le bassin fixé sur le sien. Il se souvient de chacune des sensations, de l’étouffement. Il se souvient de la texture de la langue de Sophie qu’il a goûtée avec son gland.
    
    Bref. Il est tard, il faut se coucher. « Merde mon sac ! » s’écrie-t-il, seul dans sa chambre ...
«1234»