1. La fête du bac (3)


    Datte: 07/10/2021, Catégories: Hétéro Auteur: excalibur81

    Chap 8. Mercredi
    
    Ce matin, je troque mon t-shirt pour une chemise. Je dois aller à la charcuterie présenter l’avancée de mon travail et vérifier avec eux que ce que je fais correspond à ce qu’ils attendent de moi. Dans la cuisine, Aurélie est déjà affairée dans sa chemise de nuit.
    
    — Pardonne-moi pour hier, je ne sais pas ce qui m’a pris.
    
    — C’est rien Nicolas, ne me fait plus de scène comme ça, c’est tout. Tu sais que je t’aime.
    
    — Oui, je sais, moi aussi je sais. C’est juste qu’avec notre fille qui grandit ...
    
    — Chut, tu vas dire une bêtise.
    
    Elle s’approche de moi et me pose un baiser sur la bouche. Je la bloque contre moi et soulève l’arrière de sa robe de nuit pour lui caresser les fesses.
    
    — On dirait que je t’ai manqué.
    
    — Si tu savais.
    
    Elle ne répond rien et passe une main entre nous pour ouvrir mon jean et saisir mon sexe qui est déjà bien gonflé. Avec son mouvement de poignet fétiche, elle le fait grossir. Mes lèvres sur les siennes, ma langue investit sa bouche et commence à danser avec la sienne. Je la pousse sur la table de la cuisine, pas de risque qu’elle casse, c’est une vieille table deux fois centenaire de ferme que j’ai restaurée, pour l’allonger dessus. Mon épouse se laisse faire tandis que mon pantalon tombe à mes chevilles. Je lui maintiens les bras en croix. Elle n’a pas mis de culotte pour la nuit. Pendant que mon sexe entre dans sa grotte déjà bien humide. Il n’y a pas que moi qui étais en mal d’affection on dirait. Je souris à ...
    ... cette idée alors que je la pénètre au maximum, lui provoquant un petit gémissement. Alors que je rentre et sors, ses jambes se referment derrière moi autour de ma taille. Mon bassin avance et recule.
    
    Je regarde son visage, son sourire qui m’a fait fondre il y a plus de vingt ans et pour lesquels j’ai accepté les douces chaînes du mariage quelques années plus tard. Je me penche vers elle pour lui embrasser délicatement les lèvres tout en la besognant du mieux que je peux. Aurélie ne peut s’empêcher de gémir de plus en plus fort. Mes coups de boutoir se font toujours plus profonds, faisant trembler la table. Le visage d’Aurélie est rayonnant. Qu’elle est belle quand elle prend du plaisir ! Encore un coup, puis un autre et elle crie sa jouissance tandis que j’en rajoute un pour venir en elle.
    
    — C’est bon, vous avez fini, on peut venir ? demande Emma.
    
    — Un instant s’il vous plaît. Répond sa mère.
    
    Je relève mon pantalon tandis qu’elle tire sa chemise de nuit sur ses cuisses.
    
    Emma et Enzo entrent main dans la main dans la cuisine. Le garçon regarde ma femme avec un sourire étrange.
    
    — Vous avez bien dormi ? demande mon épouse.
    
    — Très bien, merci. Ma nuit a été fantastique.
    
    Tu m’étonnes, vu comment ma fille t’a sucé cette nuit, je n’aurais pas accepté qu’il dise autre chose. Les deux adolescents mangent des céréales. Enzo a les yeux sur les cuisses de ma femme. Je constate que mon sperme dégouline sur ses jambes, c’est sans doute cela qu’il inspecte. Je suis ...
«1234»