1. A la salle de gym (1)


    Datte: 30/09/2021, Catégories: Gay Auteur: centaurspath

    Je fais du sport plusieurs fois par semaine. Pour moi, c’est important. J’aime la sensation que procure l’exercice, cette acuité particulière que l’on acquiert sur son propre corps : chaque muscle semble plus présent, plus sec et plus dur. D’habitude, j’y vais entre midi et deux : cardio, puis machines, puis douche et retour au boulot ! Mais cette semaine, je n’ai pas pu y aller pour diverses raisons professionnelles. Du coup, j’ai décidé d’y aller un soir. Je remarque que la piscine de la salle est ouverte à la nage libre et du coup, je prends mon maillot pour faire une grosse séance bras plus piscine. Entre la séquence salle et la séquence piscine, je passe donc prendre une douche rapide. Celles-ci, de ce côté, sont légèrement différentes des autres : en effet, il n’y a pas de cloison entre certaines, car l’espace est plus exigu. Je trouve ça amusant, ça me rappelle les vestiaires de mon collège.
    
    Evidemment, j’ai toujours aimé les ambiances de vestiaires et de douches collectives, qui sont souvent l’occasion de voir de beaux corps décomplexés et en dehors des carcans sociaux habituels : Sans habits, il ne reste que nous-mêmes et cette atmosphère masculine est érotique dans son ambiguïté : d’un côté, elle se veut plus virile, mais en même temps, les garçons entre eux, plus vulnérables peut-être, semblent plus enclins à la douceur. Même chez les plus hétéros d’entre nous, on note des attentions plus douces, parfois même des contacts et des touchers qu’on ne se ...
    ... permettrait pas à l’extérieur. Des garçons qui habituellement répugnent au contact et à la douceur deviennent plus tactiles.
    
    On a l’impression qu’ils veulent confronter cet autre corps si similaire au leur, mais malgré tout subtilement différent. C’est souvent très touchant de voir les barrières lâcher et de voir des mecs totalement hétéros se toucher, se presser les uns aux autres, nus, sans que cela semble leur poser le moindre problème.
    
    Au contraire, on a l’impression que cela leur permet des gestes, des regards impossibles ailleurs. Voir son meilleur pote nu, découvrir son sexe, ses testicules, les poils de son pubis semble comme une seconde rencontre. La curiosité semble d’abord le premier moteur, motivée par les questionnements de rapport de taille... Mais rapidement, il y a autre chose : Toi, mon alter ego, mon ami, mon frère, toi qui es un visage, une silhouette, une coiffure, tu es aussi ce pénis, court ou allongé, léger ou lourd comme une enclume entre tes jambes. Tu es aussi ce sac dans lequel pendent tes couilles, rétractées par le froid, ou lourdes, imposantes comme une évidence de ta masculinité.
    
    Bref, j’entrais dans cette douche imprégnée de ces souvenirs anciens et nostalgiques, quand je croise un mec magnifique : très grand et très musclé, un corps de nageur, imposant et marmoréen où se dessinent des épaules larges sur une taille très fine, un ventre plat et dessiné jusqu’au pubis qui se souligne entre de belles cuisses...
    
    Un torse imberbe, mais des jambes ...
«1234»