1. La déchéance de Juliette Ch. 06


    Datte: 27/09/2021, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: bytrouchard

    Traduction d'un texte de TheDarkCloud
    
    *****
    
    Après le choc de sa condamnation, l'ancienne commissaire de police Juliette PORTIER fut emmenée du tribunal dans une camionnette de la prison. Elle était complètement hébétée. Cinq ans ! On lui avait promis que si elle plaidait coupable, elle ne serait incarcérée que pour un mois. Comme une idiote, elle avait cru ses maîtres chanteurs. Maintenant il était trop tard, sa réputation était ruinée, elle était la risée de la police et pire, elle était sur le point d'effectuer une période de cinq ans de prison.
    
    La femme rousse était assise sur le banc de la camionnette, la tête entre les mains. Elle ne leva pas les yeux pendant que les gardes armés faisaient monter d'autres criminels dans le véhicule. Le voyage à travers une quinzaine de kilomètres dans le désert fut long et interminable. Pourtant elle avait fait le trajet d'innombrables fois quand elle était policière.
    
    Elle pria silencieusement pour qu'aucune des autres détenus ne sache qui elle était, ou ce qu'elle faisait avant. Mais les sourires sur les visages des gardes lorsqu'elle leur jetait un coup d'œil lui faisaient comprendre qu'ils savaient. Avec sa condamnation alors qu'elle commençait à sombrer complètement, elle réalisa que maintenant elle était dans une situation dangereuse.
    
    La prison où elle était envoyée n'était pas connue pour sa clémence envers ses pensionnaires. Quand elle serait reconnue, elle deviendrait une cible et cette pensée est effrayante. De ...
    ... son expérience elle se souvint que chaque fois qu'un officier de police avait été mis en prison, il se retrouvait dans un établissement tranquille avec toutes les commodités permises. Après tout il avait fait partie de la grande communauté policière. Mais pas pour elle, elle était une paria. Et en considérant toutes les personnes qui avaient manigancé pour sa déchéance, elle supposait qu'il n'était pas surprenant qu'elle soit traitée ainsi. C'était un chaud matin d'été et le ciel bleu semblait l'inviter à la liberté, mais c'était le contraire qui se produisaient. Trop rapidement les hauts murs de la prison se profilèrent et la camionnette ralentit pour pouvoir entrer.
    
    Vraiment, elle n'était en rien différente des autres alors qu'elle était poussée hors de la camionnette par les gardes. Vêtue de son survêtement orange vif, les chevilles et les poignets enchaînés et reliés ensemble, elle se sentait aussi criminelle qu'elle était censée l'être. Elle fut insérée dans la longue file de condamnés et elle avança pendant une centaine de mètres vers un bâtiment gris et sinistre sans fenêtres. Tous les nouveaux arrivants étaient conscients de la foule de détenus écrasés contre le grillage de la clôture pour les voir passer. Juliette garda la tête baissée et avança mécaniquement comme sur un tapis roulant jusqu'au moment où elle se retrouva dans la fraîcheur du bâtiment d'accueil.
    
    Une fois à l'intérieur, tout semblait aller à un rythme effrayant. Ce qu'elle ne savait pas c'est que ...
«1234...13»