1. Révélations


    Datte: 25/09/2021, Catégories: fh, hbi, regrets, gay bisex, Auteur: Kannouteki

    À la plus grande surprise des parents qui le fixent, interloqués, se rendant compte que leur cadet n’a rien en commun avec leur aîné, leur fils lâche tout ce qu’il a sur la patate, et il en a gros sur la patate, très gros.
    
    Pour le coup, Thibaut, le père, estomaqué, ne finit pas son repas et reprend le chemin du travail silencieux. Durant tout l’après-midi, les mots de son cadet tournent dans sa tête et lui font mal, très mal.
    
    Les larmes lui viennent aussitôt, il a le sentiment d’avoir tout loupé dans sa vie. Il comprend que jusqu’à aujourd’hui il n’a pas été un père à la hauteur, qu’il n’a pas fait ce qu’il aurait dû faire en matière d’éducation, que son mariage est à la dérive depuis le début, car tronqué d’avance avec ses secrets et que si son fils aîné est en prison il en est tout aussi responsable que sa femme. Sa carrière professionnelle de conducteur de travaux dans le BTP, son épouse Élise qu’il n’honore plus depuis des années, leurs deux fils(l’un en prison et l’autre, pas comme les autres se sentant mis de côté), sa vie sociale(quelle vie d’ailleurs ?), tout se mélange dans sa tête, il comprend que tous les propos de son fils peuvent aussi s’appliquer à lui.
    
    Il n’est pas loin de se considérer comme le plus minable des hommes et des pères. Un gros nul de beauf !
    
    Finalement, ce n’est pas de cette vie qu’il avait rêvée jeune adulte : sans s’en rendre compte, il n’a fait que reproduire à l’identique tout ce qu’il avait connu. Les larmes aux yeux, la gorge ...
    ... serrée au bord de la nausée, cette prise de conscience soudainement lui est difficilement supportable.
    
    Il faut qu’il s’assoie, son corps ne répondant plus, il s’affaisse au sol sous un échafaudage. Un collègue, Tristan, se précipite à son aide en le voyant inerte.
    
    — Oh oh, Thibaut, ça va ?
    — …
    — Eh bin, mon vieux, qu’est-ce qu’il t’arrive ? J’appelle les pompiers ?
    — Non, ça va mieux… merci.
    — Sûr ?
    — Oui, Tristan, juste besoin de me reposer un peu.
    — Allez, viens, on va au coin détente. Je t’offre un café.
    
    Tristan l’aide à se rendre à la baraque de chantier en le soutenant, l’installe dans le coin détente et lui sert une tasse de café.
    
    — J’ai eu juste un coup de mou. Ça va aller. Merci Tristan.
    — Tu es sûr ? Tu veux en parler ?
    — Ça ira, t’inquiète !
    
    Tristan comprend que son ami, malgré de longues années à partager leurs vies sur les chantiers, n’en dira pas plus pour le moment. Jusqu’à la fin de la journée, il ne cesse cependant de l’observer à la dérobée s’inquiétant pour celui qui, il l’espère, dans un espoir incongru, un jour ouvrira les yeux.
    
    Sur le retour en rentrant, Thibaut sait qu’il va falloir parler avec son fils Jim, sa femme, ne pas les laisser dans les silences des non-dits qui tuent, trouver une solution dans l’impasse où se trouve la famille, trouver surtout un sens à sa vie aussi, il ne peut plus continuer ainsi.
    
    Il sait qu’il s’est perdu quelque part dans cette vie d’adulte qui ne lui convient pas (ou plus) depuis longtemps, comme ...
«1234»