1. Madame Le Prince, collection Histoires vécues


    Datte: 28/08/2021, Catégories: Hardcore, Partouze / Groupe Lesbienne Auteur: marika842010

    Dans les petits villages, certains ont en leur sein, une bâtisse isolée, un manoir, une gentilhommière, presque un château parfois, avec un peu de terre arborée autour, transmis d’héritier en héritier, jusqu’au jour où le propriétaire connaît d’énormes difficultés pour continuer l’entretien de la bâtisse…
    
    Chez nous, au village, c’est Madame Le Prince qui détient ce bijou…
    
    Il est à mi-chemin vers le village d’à-côté, isolé, entouré d’arbres centenaires, avec un étang au milieu… On ne voit pas grand-chose de la route, ni des bois…
    
    Cette demeure alimenta pas mal d’histoires au fil des années.
    
    On parlait de décès inexpliqués, de bruits, de fantômes, de cris de bêtes les nuits de pleine lune… On allait, enfin la Germaine, jusqu’à parler d’orgies, de lieu de perdition que l’on évitait absolument, passant par l’autre route plus longue…
    
    Marie, ma coiffeuse, me rapportait ce que les habitants en pensaient, lorsqu’un fait nouveau attirait les commérages, faisait marcher les esprits…
    
    Mme Le Prince, Catherine, était discrète sur ses activités. Son mari décédé très tôt après son mariage, dans des circonstances obscures, on parlait d’accident de chasse, la laissa dans une situation relativement incertaine, avec une pension qui fondait au fil des ans…
    
    Elle avait quelques biens de son côté, personne ne savait sa fortune, mais on disait qu’elle finirait dans la dèche totale…
    
    Les conversations allaient bon train, lorsque on lançait le sujet au salon…
    
    Germaine, ...
    ... évidemment, la commère de service, avait toujours une nouveauté, un tuyau…
    
    Marie la connaissait, puisqu’elle venait se faire coiffer chez elle, choisissant des horaires libres, où elle serait la seule cliente…
    
    Elle était encore jeune, vers la cinquantaine, très bien portée, ne travaillait pas et s’occupait du domaine… Elle avait un jeune employé discret, quelqu’un de sa famille, qui venait certains jours, et qu’elle logeait dans une annexe, derrière la cour, vers les anciennes écuries…
    
    Entretenir le jardin, les pelouses, l’étang, piscine naturelle, dans lequel elle aimait à prendre un bain parfois, demandait du temps, des moyens, de l’argent… Que dire alors des 12 pièces ?
    
    Elle avait pensé créer un gite, une maison d’hôte, et faire des repas, mais les règlements obligeaient des mises de fonds trop importantes…
    
    La Baronne, comme l’appelaient les gens du village, restait un mystère, cloitrée, ne recevant que ce parent, un neveu sans doute, qui ne devait pas se gêner de la regarder dans son étang…
    
    On disait qu’elle s’y baignait nue, entourée d’un parterre de roses de toutes les couleurs…
    
    Bref, tout cela excitait les passions, mais qui était cette Baronne, dont le prénom était Emilie ?
    
    Il se passa quelque chose, il y a trois ans.
    
    Elle avait sollicité le maire pour trouver du personnel pour le service, pour la cuisine. Elle désirait organiser des fêtes musicales privées, elle se renseignait sur la loi et ses devoirs….
    
    On entendit ainsi de la musique jusque ...
«1234...34»