1. Mes passions


    Datte: 08/08/2021, Catégories: Anal BDSM / Fétichisme Masturbation Auteur: paladin60

    Mes passions
    
    Étrange... Voilà plus de trente ans que nous nous sommes séparés et la revoir m'a fait remonter tant de souvenirs. Nous nous étions quittés au bout de douze années de vie commune, sans être ennemis, mais le travail nous avait emmenés dans des villes différentes. Week-end, vacances, et puis des excuses : du travail ce week-end, je ne peux avoir mes vacances à la même période que toi, etc...
    
    Le temps ternit les plus belles couleurs..... Alors nous avions fini par ne plus nous revoir.
    
    J'ai maintenant soixante-six ans et elle avait trois ans de moins que moi. Aujourd’hui, nous nous retrouvions par hasard chez d'anciens amis communs que je revoyais de loin en loin. Elle était restée très proche du couple. Par eux, j'avais eu de ses nouvelles. Ils me disaient que toutes les femmes la jalousaient car le temps semblait n'avoir pas de prise sur elle.
    
    C'était vrai... Une silhouette de danseuse, une façon de se déplacer qui fait se demander si elle glisse ou si elle vole. Elle s'était levée, était venue vers moi : c'était une liane, comme il m'en souvenait..
    
    Bonjour, Julie.
    
    Je ne trouvais rien d'autre à dire.... Sa bouche charnue, sa gorge, ses seins fermes, son ventre plat, son sexe presque glabre laissant voir des lèvres ourlées, ses fesses lisses et musclées fendues d'un sillon prometteur, des jambes sans fin... Chaque partie de son corps s'imposait tour à tour à mon esprit. Une impression d'ivresse... Je ne savais si c’était elle aujourd’hui ou si je ...
    ... ne voyais qu'un souvenir. L'embrasser, la serrer contre moi, lui faire sentir que mon désir ne s'était pas plus émoussé que sa beauté, voilà ce que je voulais.
    
    Robert, je suis contente de te voir.
    
    En disant cela elle s'était approchée pour m'embrasser. Elle a posé ses mains sur mes épaules. J'en ai fait autant. Nos corps ont fait plus que se frôler et elle n'a pas pu ne pas sentir mon état de tension. Ses bises au coin de ma bouche et la pression qu'elle y mit me le faisaient savoir – enfin c'est ainsi que je décodais cela.
    
    Comme convenu, je restai manger. Ni elle, ni moi, ni nos amis ne jouâmes à « c'était mieux avant ». Chacun parla de sa vie, de ses projets. Julie expliqua qu'elle allait revenir sur la côte puisque la retraite était là. Sans enfant, libre, elle voulait profiter de la mer et du temps qui passe. On m'interrogea sur mes voyages en bateau et si j'avais de nouveaux projets. Mon excitation que j'avais contenue jusque là m'empêchait d'avoir un esprit très clair. Je n'avais pris qu'un verre de vin pourtant. Je ne pus que répondre que non, je n'avais pas de projet construit, peut-être revenir vers ici, sur la côte pour profiter d'avantage du bateau.
    
    En fait,j'avais hâte de les quitter tous et de me livrer à mes jeux favoris après avoir été échauffé pa Julie. Ce fut donc avec soulagement que je vis la fin du repas arriver et que je pus prendre congé.
    
    La route pour me rendre à l’hôtel était interminable. Heureusement les souvenirs des moments brûlants ...
«123»