1. Souvenir de vacances (2)


    Datte: 12/01/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme Hardcore, Anal Auteur: michelemimi

    En prenant ma douche, je me remémore mes premier pas avec Tonton Vick et du contact sur pris avec ce Maître sans scrupule pour une jeune fille comme moi. J'apportais du sang neuf à ce vieux vicieux et j'aimais ça. Depuis quelques temps, je fantasmais d'être une esclave sexuelle. Et bien je nageais en plein dedans. Très vite, je suis envahie par cette profonde émotion d'être leur proie à la merci de leur vorace bestialité. Maintenant je savais qu'elle était ma nature profonde. J'étais prête à me soumettre totalement à leurs volontés les plus déviantes en étant leur esclave. Il allaient pouvoir faire de moi une chienne sexuelle.
    
    En redescendant dans la pièce principale, les deux homme m'attendent de pieds fermes. Nue devant eux, le Maître me demande :
    
    « Veux-tu continuer ton dressage Michèle et parfaire tes penchant au BDSM les plus profonds ? »
    
    Déterminée à connaître toute les subtilité de cette déviance et savoir jusqu'où j'étais capable d'aller, je réponds d'un ton affirmé :
    
    « Oui Maître, je suis prête à être éduquée. »
    
    Mon Oncle, très protecteur me prévient :
    
    « Si tu accepte, tu dois nous laisser faire de toi la femelle avide des plaisirs les plus douloureux et bestiales. »
    
    La tendre biche que je suis se lance dans la gueule du loup sans trop savoir où va me mener ce délire avec ces deux vieux vicelards. Livide, je les regarde dans les yeux, me demandant avec stupeur encore ce qui en moi me pousse vers cet enfer. Si mes jambes ne flageolaient pas ...
    ... autant, peut-être serais-je partie en courant. Ils m’entraînent à la cave et je suis pétrifiée en voyant sur une porte un écriteau « Chenil pour femelle ». Ils me poussent dans cette niche. Ils referment la porte sur moi et me voilà devant mon destin, brusquement plongée dans la pénombre de cette pièce seulement éclairée par un ventail. Tétanisée par la peur, je me laisse tomber sur la paillasse en pleurnichant sur mon sort. Mon visage de petite oie blanche trahit mes émotions. Le Maître me dit :
    
    « Petite chienne, la peur et l'angoisse te vont si bien ! Ouvres le placard ! Dorénavant, voilà la tenue que tu devras toujours porter. »
    
    Je découvre qu'en fait de tenue, il ne s'agit que d'un collier et d'une laisse de chienne, ainsi que d'un plug représentant une queue de chienne.
    
    « Mets-ça ! On revient te chercher dans 15 minutes. »
    
    Je met le collier de cuir autour de mon cou ? La laisse pend entre mes seins. Je regarde ce plus et hésite un instant à me l'enfoncer dans les fesses. Quand je l'introduis et que je suis prête, je sens ma chatte s'humidifier et mon corps est envahi fondre d'une douce langueur de plaisir à cette nouvelle humiliation. Une forte chaleur me prend le bas ventre. Ma jeune poitrine se soulève sporadiquement en se gonflant comme un fruit mur. Mes tétons se dressent fièrement presque douloureusement. Je ne peux m'empêcher de poser la main sur mon coquillage et caresse avec volupté ma petite fente rose détrempée. Un doigt frôle mon clitoris. Le contact est ...
«123»