1. Il faut dire que j’adore une chose : c’est sucer l


    Datte: 14/07/2021, Catégories: Inceste / Tabou Sexe Interracial Première fois Auteur: grandalfo

    Auteur : MBS
    
    Je m’appelle Marie-Blanche, j’ai cinquante-trois ans, mariée, un enfant, heureuse en couple, même si avec mon mari, nos effusions et câlins deviennent très rares. Je suis plutôt bien faite, sportive, mince, joli visage avec des lèvres pulpeuses, 1,68 m pour 60 kg, une belle poitrine bien ferme en 85 B. Je suis une brune teinte en blonde et non épilée à part le maillot, car mon mari adore ma touffe au-dessus de mon sexe. Il adore me voir me balader nue après la douche, même si ça ne l’émoustille pas pour autant.
    
    Je viens d’avoir une promotion et je dois partir en formation à Marseille pendant trois mois. C’est long pour nous deux qui n’avons jamais étaient séparés. J’ai loué un appart-hôtel en ville, car je n’aime pas aller au restaurant seule le soir. Mon mari m’accompagne ce week-end pour l’installation et le repérage du centre de formation : pas très loin de l’hôtel, je pourrai laisser ma voiture au garage. Nous discutons et divaguons sur ces trois mois, nos esprits s’échauffent un peu et mon mari me dit qu’il espère que je serai sage.
    
    J’ai toujours eu une envie, plus ou moins cachée dans le fond de mon esprit, c’est d’appartenir à plusieurs hommes à la fois. Bien que cette situation ne m’excite rien que par la pensée, je n’ai pas encore franchi ce seuil. Nous en avons bien discuté de temps en temps avec mon mari, idée d’ailleurs qui l’excitait au moins autant que moi, à condition de participer évidemment, car il pensait à pratiquer le candaulisme, ...
    ... mais passer à l’acte était toute autre chose.
    
    Il faut dire que j’adore une chose : c’est sucer les bites ! Dès mon plus jeune âge au lycée à Aix-en-Provence, j’ai sucé pour la première fois la queue de mon petit copain de l’époque, dans sa chambre et j’ai adoré ça. Au début, ça a était une surprise de voir ce sexe tendu et ce gland rouge au-dessus, je n’en avais jamais vu. Je l’ai d’abord touché, puis il m’a montré comment le branler et enfin, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai tout de suite eu envie de le mettre dans ma bouche. Je le suçais partout dès que j’en avais la possibilité, aux toilettes du bahut, au cinéma, dans le bus, plus tard dans les voitures, bref, partout. Mes petits copains au lycée se sont succédé, ils devaient se passer le mot entre eux, car dès que possible, ils me mettaient leur objet dans la bouche et j’adorais toujours ça ! Avoir ce bout de viande dur entre mes lèvres, le faire jouir dans ma bouche, me procure un plaisir intense, et suffit à mon bonheur. Mes petits copains de l’époque ne s’en plaignaient pas, mais même si de temps à autre, ils essayaient de mettre leurs mains dans ma culotte, je ne les laissais jamais aller très loin : car mon plaisir, c’était d’avoir leurs queues dans la bouche.
    
    À l’époque, j’étais désinvolte, et j’aimais aguicher les hommes. Je me souviens de la fois où mes parents refaisaient faire la peinture de notre maison. C’était l’été après le bac. J’adorais me mettre seins nus à la piscine. Alors que les deux ouvriers me ...
«1234...8»