1. Être modèle pour un artiste


    Datte: 09/06/2021, Catégories: fhh, hplusag, couplus, cocus, voisins, Oral pénétratio, couple+h, Auteur: Mongil

    À l’époque où cela s’est passé, Guy et sa femme Huguette habitaient le même immeuble que nous, nous avions fait leur connaissance et étions devenus amis, ils ont une quinzaine d’années de plus que nous, la cinquantaine.
    
    Ce jour-là, notre ami Guy, artiste peintre, demande à mon épouse Nathalie si elle veut bien poser pour lui. Ma jolie petite blonde n’est pas très grande avec son 1,58m, mais a une petite poitrine suffisamment pleine pour garnir les mains d’un homme, ou d’une femme d’ailleurs, et des cuisses et des jambes bien dessinées. Il sait que nous sommes naturistes et donc que la nudité ne nous pose pas de problème. De plus, comme il s’agit d’une composition, il ne veut pas l’astreindre à poser de longues heures, simplement quelques esquisses et des photos, c’est pour une composition à plusieurs personnages.
    
    Nous convenons qu’il monte chez nous le soir pour réaliser les croquis et les clichés qu’il souhaite. Vers 21 heures, après le dîner, il sonne à notre porte. Nous avons choisi ma femme et moi de le recevoir dans la tenue du paradis terrestre, elle, parce que c’est pour cela qu’il vient, moi, pour qu’elle ne soit pas seule dans cette tenue. C’est très différent d’être nu seul au milieu de gens habillés, que d’être dans un environnement où les autres sont dans la même tenue.
    
    Il est dans l’instant un peu surpris de me trouver moi aussi donc dans le costume d’Adam, mais je lui explique et il comprend ma démarche. J’ajoute :
    
    — Tu sais, l’idéal pour que Nat ...
    ... soit à l’aise, ce serait que tu te déshabilles aussi.
    
    Je me doute qu’il ne sera pas choqué de ma démarche, lui et sa femme Huguette sont des personnes assez libres d’esprit, je pense même que si elle a des amants ou lui des maîtresses, ils en sont d’accord.
    
    — Je n’ai jamais pratiqué le naturisme, me répond-il, mais après tout ta demande me paraît légitime.
    
    Après avoir déposé son bloc de papier dessin et son appareil Polaroïd, il se dévêt donc à son tour. La séance de pose peut commencer. Il enchaîne croquis et photos, dans différentes poses qu’il estime pouvoir utiliser dans sa prochaine création. À un moment, il m’interpelle :
    
    — Puisque que tu es nu toi aussi, je me demandais si vous accepteriez de poser ensemble, disons dans des positions plus suggestives ? Je pensais les reprendre dans des revues avec des photos de couple, mais puisque vous êtes là !
    
    Nat et moi nous nous regardons et, complices comme toujours, elle lui demande :
    
    — Qu’appelles-tu, des positions suggestives ?
    — Mais, vous embrasser, vous caresser… Enfin, tout ce qui est prémisse à un rapport sexuel !
    — Viens François, me dit ma chérie.
    
    Je la rejoins sur le lit où plusieurs clichés sont pris. Nous nous embrassons. Mes mains, qui ne s’en lassent pas, parcourent son corps qui frémit sous mes caresses. Le mien n’est point insensible aux siennes et les croquis et les photos de notre ami ne peuvent cacher ma dévotion au dieu Priape. Nos sexes sont l’attention de nos mains avant de devenir la ...
«123»