1. la voix de l'amour (2)


    Datte: 08/06/2021, Catégories: fh, Collègues / Travail Oral pénétratio, fsodo, Auteur: Balou

    Victoria éclata de rire. Balou la regarda estomaqué, elle conservait son calme.
    
    — Tu sais que nous sommes coincés, ma chère, dit-il d’un air agacé.
    — Arrête, il y a bien un moyen de sortir d’ici, non ? sinon tu vas devoir subir mes assauts nuit et jour, mon cher.
    
    Victoria et Balou parcoururent tous les couloirs possédant une porte de sortie. Au bout d’une demi-heure, ils se rendirent compte que c’était peine perdue. Ils étaient bel et bien enfermés pour le week-end. Aucun des deux ne prononça une parole, la tension était palpable, les fous rires avaient fait place à une extrême nervosité.
    
    « Bon restons zen. On ne peut pas forcer ou casser une vitre car sinon l’alarme se déclenche. Il va falloir attendre la ronde des gardiens cette nuit ». Balou réfléchissait à voix haute, il ne souhaitait pas le moins du monde que tous les collègues les retrouvent Victoria et lui, enfermés dans le bâtiment administratif.
    
    — N’oublions pas Darling, que j’ai une petite famille qui m’attend, dit Victoria en se collant à lui. Mais j’aime que nous soyons tous les deux ici, cela ressemble à une île déserte, ne trouves-tu pas mon boss chéri ?
    
    Elle lui caressait les fesses. Il sursauta ;
    
    — Hein ? Mais que fais-tu ?
    — Détends-toi, beau brun. La fête continue, nous avons toute la nuit, on trouvera bien une solution. Allez montre-moi ton bureau, je n’y suis jamais allée et t’as forcément un frigo qui regorge de boisson fraîches non ?
    — T’es vraiment une femme terrible Vicky.
    — Je ...
    ... t’ai déjà dit que je n’aimai pas les mecs qui n’en ont pas.
    
    Elle porta d’autorité sa main à la braguette de Balou.
    
    — Humm, si, si, les tiennes sont à nouveau pleines Darling, continua-t-elle.
    
    Balou se demandait si Victoria n’avait pas abusé de la boisson. Elle ne se rendait absolument pas compte de la situation. Au lieu de ça, elle lui parlait d’île déserte et lui mettait la main au panier. « Je rêve, elle est dingue », se dit-il.
    
    Arrivé au deuxième étage, Balou déverrouilla la porte de l’open-space grâce à ses clefs. La plate-forme téléphonique s’ouvrait devant eux. Les grandes baies vitrées offraient une magnifique vue sur la campagne environnante et sur la petite ville. L’éclairage extérieur des réverbères permettait d’éviter l’obscurité totale dans les bureaux.
    
    — J’ai envie que tu me fasses l’amour, là sur ton bureau, comme cela tu penseras à l’empreinte de mes fesses devant toi chaque matin en t’asseyant. Vite, vite Darling, viens vite je n’en peux plus, viiiiiite.
    — Mais, je…
    — Il n’y a pas de mais, allez !
    
    Victoria se jeta au cou de Balou. Elle lui arracha presque sa chemise, puis elle déboutonna son pantalon, qu’elle lança négligemment sur un fauteuil. Agenouillée devant lui, elle entreprit de lui prodiguer une violente fellation. Victoria désirait qu’il la prenne de suite, elle en mourrait d’envie, elle voulait s’offrir à cet homme ici dans son environnement professionnel. Elle fantasmait souvent sur les hommes en costumes et aujourd’hui, elle ...
«1234»