1. Candauliste now – partie 1


    Datte: 07/06/2021, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme Inceste / Tabou Première fois Auteur: pageblanche

    Je voyais Anna une fois par semaine, parfois deux. Notre relation n’était pas légitime. Nous nous sommes rencontrés à la fin de l’été et, pendant les mois qui ont suivi, nous avons baisé dans ma voiture. Nous baissions les sièges et on se mettait à poil sans perdre de temps. Il n’y avait pas de préambules et nous aimions parler au cours de nos rapports sexuels.
    
    Anna débordait d’imagination et je raffolais de son cul qui avait goût de cappuccino. Ses cheveux étaient châtains très clair, mais leur racine était noire. Sa chatte était lisse. Elle adorait me sucer pendant que je passais ma langue sur son anus, mais notre position préférée restait la plus classique de toute, car elle nous permettait de parler.
    
    Nous avions un chemin forestier favori où nous garions nos voitures. C’était une voie sans issue qui donnait sur un champ. Et je me souviens de ma réaction le jour où on s’est aperçu qu’un vieux bonhomme nous observait depuis le bord du chemin : je lui ai fait signe de s’en aller d’ici.
    
    Il n’a pas bougé pour autant. Il souriait. On ne savait pas depuis combien de temps il était ici, à un mètre de la vitre, à se rincer l’œil, autrement dit à mater le cul et les nichons d’Anna, ainsi que nos pénétrations.
    
    Il ne bougeait pas, et je me souviens qu’Anna m’a dit comme ça :
    
    « Laisse-le mater, si ça lui plait. »
    
    Tout a commencé là.
    
    Je savais qu’Anna appréciait les hommes bien mûrs. Elle me l’avait raconté pendant qu’on baisait. Seulement, il y a un gouffre entre ...
    ... le virtuel et la réalité, alors il me fallut quelques minutes pour accepter ce qu’Anna venait de me proposer : ça ne la dérangeait pas qu’il nous regarde en train de baiser.
    
    Au contraire, elle y prit du plaisir.
    
    J’admets avoir eu un peu de mal à bander en sachant qu’un homme nous observait de l’autre côté de la vitre. Ceci est très perturbant, mais ça ne semblait pas déranger Anna en revanche. Au contraire, elle fit en sorte qu’il voit tout, du mieux possible : son cul offert pendant qu’elle me suçait, ou bien ses cuisses bien écartées et sa chatte qui se faisait bourrer. Et ses nichons.
    
    Et ses regards en direction de cet homme qui finit par sortir sa bite pour se branler en nous matant.
    
    Nous n’avons pas été plus loin cette fois-ci, car le type a rapidement éjaculé. J’ai vu son sperme jaillir non loin de la vitre. Ensuite, il a remonté sa braguette, puis il est parti, toujours en souriant.
    
    Trois jours plus tard, Anna m’a dit :
    
    « J’aimerais bien qu’il revienne nous mater. »
    
    Je savais que c’était une salope, en premier lieu parce qu’elle était mariée et que ça ne l’empêchait pas de se foutre à poil pour baiser avec moi dans des chemins de campagne. En deuxième lieu parce qu’elle m’avait confié un certain nombre de ses fantasmes.
    
    Je n’avais rien du tout à perdre, je le savais bien. Mon couple légitime ne souffrirait pas du fait qu’un vieux bonhomme revienne se branler à matant le cul de ma maîtresse dans une voiture.
    
    Alors nous sommes revenus dans ce ...
«12»