1. COLLECTION BLACK. Black and black. Quand ? (1/7)


    Datte: 04/05/2021, Catégories: Première fois Auteur: CHRIS71

    Aujourd’hui j’ai vingt ans et je suis encore vierge.
    
    L’image que me montre ma glace est pourtant élogieuse pour moi, je suis blonde aux yeux bleus avec un corps taillé pour l’amour.
    
    Mes études sont à la base de cette virginité.
    
    Je refuse tout moment de plaisir qui pourrait nuire à mon but.
    
    Je suis en troisième année de fac, je suis des études pour devenir notaire afin de succéder à mon père qui a créé une officine.
    
    Elle fonctionne bien, non loin de la cathédrale d’Arras.
    
    Chaque fois qu’il me voit, il me ressasse la même phrase.
    
    - Sylvie souviens toi que l’on n’a rien sans rien dans la vie, seul le travail est source de plaisir.
    
    Je l’ai toujours cru jusqu’à mon dernier séjour chez mes parents.
    
    J’ai appris de la bouche de ma mère que trop c’est trop, amasser du pognon sans jamais le dépenser, en un mot être radin, est tellement frustrant.
    
    Elle a décidé de partir à Agde dans la villa de son amant !
    
    Elle a découvert cet endroit l’été dernier, alors qu’ils étaient à la plage, mon père passait son temps à faire les cent pas sur la promenade, le téléphone collé à l’oreille, à donner des ordres à son adjoint resté dans le Nord.
    
    Ils étaient à l’hôtel où il avait accepté de venir pour la première fois.
    
    Il avait mis une limite, seulement pour quatre jours, après qu’elle l’eut exhorté à prendre des vacances.
    
    Il était tellement casanier que son inactivité entraînait une obésité précoce qui risquait de se terminer par un bel infarctus.
    
    Son ...
    ... amant s’appelle Robert, il est agent immobilier dans cette ville et lui aussi sait amasser du pognon, mais en bon célibataire aime à le dépenser.
    
    Elle m’a expliqué que tout a craqué en elle quand ce bel homme, bronzant près d’elle sur une plage textile, lui avait parlé.
    
    Rapidement elle s’était aperçue que c’était elle son centre d’intérêt alors que depuis qu’elle était mariée, pour papa, c’était son pognon, toujours son pognon.
    
    Elle s’était sentie redevenue femme, elle avait répondu à ses questions au point de se lever, prendre ses affaires, laissant les serviettes et de le suivre chez lui où il a fait d’elle sa maîtresse, mais surtout une femme comblée.
    
    J’étais gênée, quand elle m’a fait la confidence que mon père lui faisait l’amour comme un lapin en bon éjaculateur précoce depuis qu’ils s’étaient connus et qu’elle ignorait ce que jouir voulait dire.
    
    Vingt-trois ans de mariage, vingt-trois ans de frustration.
    
    Malgré ses trente-neuf ans, je suis née quand maman a eu seize ans.
    
    Au fil du temps elle a pris conscience que son corps ne lui a servi qu’à se vider les couilles, se fichant complètement de sa partenaire.
    
    La phrase peut paraître crue, mais c’est par ces mots qu’elle m’a fait comprendre ce qu’avait été sa vie.
    
    Vingt-trois ans de trop, alors quant au troisième jour de ses amours adultérins, une nouvelle fois Robert l’a fait monter au rideau et lui a demandé de venir vivre avec lui, tout en elle a craqué.
    
    Chaque fois, ils retournaient sagement ...
«1234»