1. Je suis un jouet entre ses mains (14)


    Datte: 02/05/2021, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: donico

    Ce week-end devrait logiquement marquer une pause dans les épreuves imposées par Thomas, puisque nous avons un repas de famille. La seule chose qui m’inquiète un peu, c’est que François sera là. Comment se passeront nos « retrouvailles » ? Notre famille se rendra-t-elle compte de quelque chose ?
    
    Contrairement à ce que je craignais, notre arrivée se passe plutôt bien. Je dis bonjour à tout le monde (évidemment, nous sommes arrivés bons derniers), et je n’ai qu’à faire comme d’habitude avec mon frère.« Ce serait donc si simple ? » Ce qui ne l’est pas, c’est que François ne l’entend pas de cette oreille. Alors que je commençais à me détendre en réalisant que personne ne peut soupçonner quoi que ce soit tant que nous ne laissons rien paraître, une main sur mes fesses me fait rapidement sursauter. Je me retourne pour voir mon petit frère qui m’observe, goguenard, sa paluche toujours posée sur mon postérieur.
    
    — Tu m’as manqué, sœurette, me dit-il.
    
    — Arrête ça ! ordonné-je en virant la main intrusive. Quelqu’un pourrait nous voir.
    
    — Relax, ils nous tournent tous le dos.
    
    S’il a raison dans l’absolu, il y a néanmoins deux points qui me dérangent dans son jeu. Le premier, c’est que je ne veux précisément pas instaurer ce genre de relation entre lui et moi. Le second, c’est qu’à jouer avec le feu, on finit forcément par se brûler. Une main baladeuse vue par une personne qui se retourne brusquement, et c’est tout l’édifice familial qui s’effondre. Je ne suis pas prête à ...
    ... prendre le risque !
    
    D’ailleurs une personne s’approche rapidement de nous ; c’est Chloé, la petite amie de François.
    
    — Vous ne venez pas vers tout le monde ? nous demande-t-elle, tout sourire.
    
    On s’est toujours très bien entendues avec Chloé, et je n’ose même pas imaginer ce qu’elle dirait si elle apprenait que son copain l’a cocufiée… avec sa propre sœur !
    
    — Il faut qu’on discute de deux ou trois petits trucs avec Justine, répond François. On n’en aura pas pour longtemps, t’inquiète pas.
    
    — OK, ça marche. Je serai vers les gâteaux apéros, nous lance-t-elle avec un air de conspiratrice en s’éloignant.
    
    François ne perd pas de temps ; il me plaque contre le mur, me masquant ainsi aux regards. Ses mains glissent sous ma robe, caressent mes fesses – absolument pas protégées puisque Thomas a insisté pour que je ne mette pas de sous-vêtements – tandis qu’il m’embrasse dans le cou.
    
    — Putain, sœurette, t’es trop bonne ! Si tu savais comme j’ai envie de toi…
    
    — Arrête, François ! lâché-je en tentant mollement de le repousser. Rappelle-toi où on est !
    
    — Je m’en fous ! Il faut que je te saute, j’en peux plus…
    
    Ses doigts sont brûlants, ses lèvres aussi. Une de ses mains se pose sur ma poitrine, passe sous le tissu et m’attrape un sein, qu’il presse avec passion. Pendant ce temps, ses bisous dans mon cou me font frissonner, me rendent folle. Je réalise que la situation m’excite autant que lui.
    
    — On ne peut pas… protesté-je encore, pour la forme, alors que mes ...
«1234»