1. Lucas chez sa cousine (7)


    Datte: 02/05/2021, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Matt Demon

    Ainsi, dès qu’Amélie eut ouvert la porte d’entrée, Lucie enleva sa veste et la suspendit à une patère. Pendant que les deux hommes s’asseyaient sur le canapé, submergée de honte mais incapable de se rebiffer sous le regard impitoyable de sa cousine, Lucie dézippa sa robe et la fit glisser sur ses jambes gainées de bas fumés. Les exclamations fusèrent quand Fred et Jules comprirent que la petite blonde était un garçon travesti.
    
    Lucie dégrafa son soutien-gorge et le posa soigneusement près de sa robe sur un tabouret, puis elle quémanda du regard le droit d’enfiler un vêtement, fut-il symbolique.
    
    — Reste comme ça, pieds nus mais avec des bas de petite salope. Et approche, nos invités désirent t’admirer de près.
    
    — Putain, c’est pas vrai ! Jules, regarde ça, c’est une sale petite lopette.
    
    — Ouais… Je me serais fait avoir, nom de Dieu ! C’est quoi, cet attirail ? Ses couilles sont violettes tellement elles sont étirées.
    
    — Explique-leur, Lucie, et dis-leur pourquoi tu portes ça.
    
    — C’est… C’est une cage de chasteté, expliqua Lucie d’une voix blanche. Parce que je me suis caressé sans demander la permission à ma cousine.
    
    — Putain, j’y crois pas… c’est ton cousin, cette petite salope ?
    
    — Eh oui, mes parents me l’ont envoyé, je suis censé l’héberger jusqu’à ce qu’il se trouve autre chose. Mais il ne vous a pas bien expliqué comment fonctionne cette cage. Tourne-toi, penche-toi, encore, écarte tes fesses… Un gode lui emplit l’anus et il ne peut pas être sodomisé ...
    ... avant que je le libère. Il a aussi une grosse sonde qui remonte l’urètre presque jusqu’à la vessie, il ne peut pas uriner sans moi.
    
    — Elle pleurniche, la lopette, mais elle se laisse faire ?
    
    — Elle a pas le choix, sinon je la fous dehors. Mais oui, elle aime être humiliée, et même être battue. Combien tu vas avoir de coup de ceinture, ce soir ?
    
    — Amélie, tu ne vas pas… Dix coups, je pense.
    
    — Eh non, comme tu contestes sans arrêt, ce sera vingt. Pour t’apprendre à ne pas remettre en cause mes ordres. Compris ?
    
    — Oui, répondit le pauvre d’une toute petite voix.
    
    Triomphante, Amélie se tourna vers ses deux amis, ébahis mais aussi excités par la situation.
    
    — Alors, vous avez envie de punir cette petite geignarde ? Elle a besoin de la poigne d’un vrai homme pour comprendre qu’elle doit être plus docile. Qui commence ? Dix chacun ? Voici sa ceinture préférée, vous la doublez en la tenant par la boucle. Et vous tapez de bon cœur, Lucie doit apprendre à être durement corrigée.
    
    La jolie rouquine ordonna à sa colocataire de se pencher contre la table basse, jambes droites mais largement écartées, pour offrir son postérieur aux deux étudiants. Fred fut le premier à le frapper, faisant cingler la ceinture avec une puissance telle que Lucie fondit en sanglots déchirants. Mais sans jamais songer à échapper à la punition. Jules enchaîna mais sans porter autant ses coups ; cependant, à l’issue de la correction les fesses de la pauvre blonde étaient bien marquées. Elle ...
«123»