1. Claire, ma coloc (3)


    Datte: 26/04/2021, Catégories: Lesbienne Auteur: Haleen

    Les semaines passent et le temps se rafraîchit nettement, tant qu’il devient téméraire de s’aventurer dehors sans être couverte un minimum. Certains apprécient la venue précoce de l’hiver ce qui n’est pas le cas de la narcissique exhibitionniste qui rédige ces lignes. Fort heureusement depuis quelques semaines mon lit et celui de ma colocataire ne font plus qu’un, une décision prise sans qu’un mot ne soit prononcé, aussi naturellement qu’il soit possible. Ainsi chaque soir nous nous retrouvons dévêtues côte à côte, nous contentant parfois d’un simple baiser ou câlin. Il ne s’est pas déroulé grand-chose depuis la soirée d’intégration, il m’arrive parfois de couvrir Claire de baisers pour finir à son entrejambe, d’autre fois mes pulsions me poussent à l’assaut de ses lèvres tandis que nos pubis se rejoignent pour danser de concert...
    
    Elle cependant ne me touche presque pas au-delà de quelques caresses timides et maladroites, mais suffisantes pour me combler de plaisir. Je découvre jour après jour la véritable personnalité de la belle kabyle, extravertie comme pas deux, mais timide une fois les rideaux tirés et cela ne fait qu’ajouter à l’affection que je lui porte. M’éveiller chaque jour face à ce visage m’emplit de joie, autant que d’être celle qui fait s’afficher son sourire.
    
    Il n’y a qu’une ombre au tableau qui vous est dépeint. Une ombre unique, mais assez grande pour masquer à ma vue l’éclat de la relation que j’entretiens avec Claire. Cette ombre en est une autre, ...
    ... de relation. En effet malgré le fait que la brune et moins partageons maintenant la même couche, mon amante ne se prive pas de côtoyer son camarade, le beau-gosse répondant au nom de Damian. Insupportable blond à l’allure élégante qui ne manque jamais de me gratifier de son sourire narquois, souvent accompagné d’une phrase à double sens visant à me mettre mal à l’aise. Après de rapides réflexions, j’en suis venue à la conclusion que, tout comme quiconque aurait vu les regards que je jette à ma colocataire, le garçon sait que celle-ci me plaît au-delà de l’amitié. Cependant tout comme n’importe qui, la nature de nos activités nocturnes reste une hypothèse pour la simple raison qu’une fois le seuil de l’appartement passé, Claire et moi ne sommes plus que des copines, décision de l’Algérienne.
    
    Indiscutables et incompressibles décisions qu’il me fallut avaler une fois compris que l’amour lesbien est chose inconnue jusque lors pour ma colocataire.
    
    — Deux-trois minutes et je te laisse.
    
    Un « oui » muet se lit sur les lèvres de Claire qui, yeux fermés, attend que je finisse son make-up. Le terme n’est pas approprié pour une femme comme elle, tout comme maquillage ou trucage. Je ne fais que souligner des traits déjà parfaits de mon point de vue, ce qui, ajouté à mon doigté certain pour ce genre de chose, ne fait que dévoiler un potentiel déjà présent.
    
    — Fini !
    
    Lui dis-je en lui tendant un miroir à mains dans lequel elle découvre avec un franc sourire, le résultat de mes ...
«1234...8»