1. reves ou réalité ?


    Datte: 05/04/2021, Catégories: Première fois Auteur: Fleurdelys

    J'étais allongé dans mon lit mais il faisait une telle chaleur que j'avais rabattu ma couette sur ma hanche et avait crée une "boule" sur laquelle je m'étais vautrée, de cette façon je laissais tous mon dos à l'air libre afin de me rafraichir tout en m'ayant crée un petit cocon. Je sentais chaque courant d'air provenant de la fenêtre ouverte, c'était tellement agréable, c'était comme sentir des centaines de plumes minuscules qui partaient de la plante des pieds remontant le long des mollets avant de m'effleurer le dos . J'aurais pu dormir en dehors de la couette mais je fais partis de ces personnes qui été comme hiver ont besoin de leur couette moelleuse, si je ne me fait pas mon cocon avec ma couette je suis incapable de dormir je me sens fragile, non protégé.
    
    J'avais fini par m'endormir profondément dans cette position confortable bercée par les bruits du vents dans les arbres se trouvant sous ma fenêtre et les quelques oiseaux nocturnes. Je devais être plongé dans mes rêves lorsque je finis par sentir un souffle léger effleurer délicatement la base de ma nuque. Le souffle semblait si loin de mon corps et pourtant si près à la fois, provocant une sensation bien étrange au fond de mon estomac, comme si on venait d'y jeter une pierre qui venait de couler à pics. Au début mon corps n'avais pas réagis. Il m'arrive de sentir ce genre de petit souffle sur mon cou comme si un insecte se baladait sur mon corps mais je me rend bien vite compte que je suis seule. Parfois j'aime à ...
    ... croire qu'il s'agit de quelqu'un, où tous du moins une présence, qui en serait responsable. Quand à mon esprit, lui il était embrumé par le sommeil et surement plongé dans un rêve dont je ne me souviens pas
    
    Chaque souffle sur mon cou provoquait un frisson qui me parcourait entièrement le corps comme une décharge électrique de faible intensité mais qui déclenchait en moi un nombre de sensations toutes aussi distinctes les une que les autres, commençant par une effet physique: la chaire de poule. Je pouvais la sentir se rependre sur l'ensemble de mon corps, se diffusé dans chaque cellules, dans chaque fibre de mon corps, éveillé par cette décharge qui se propageait.
    
    Mon corps semblait griser et contrôler par la respiration de ce corps qui galvanisait le mien.
    
    Plus les minutes passaient plus je sentais chaque souffle effleurer mon corps, à l'instar du corps dont cela semblait provenir. Je sentais la présence d'une personne couché dans le lit à coté de moi dont mon esprit semblait ignorer l'identité et pourtant je ne semblait pas inquiète d'avoir un inconnu dans mon lit, aucun trouble anxieux ne m'envahissait ni ne semblait pouvoir me réveiller. A croire que mon corps connaissais ce corps qui semblait vouloir se coller a moi.
    
    Ces souffles si doux éveillaient petit à petit mon corps aux plaisir de la chair. En effet plus cela se rapprochait et plus les décharges électriques q étaient intenses et excitantes. Mon corps était entièrement contrôler par ces vibrations qui ...
«1234»