1. Véronique au bureau (6)


    Datte: 05/04/2021, Catégories: Lesbienne Auteur: jean-marie026

    Dès la porte fermée, Gabin, debout, devant ses deux nouvelles conquêtes, malgré lui, se laissa entreprendre par les mains expertes et envieuses de Virginie, qui menait la danse.
    
    Elle le dégrafa, sans perdre une seconde, pour lui rabattre son haut de jean à mi-cuisses, les entravant, suivie de son caleçon, pour enfin, dévoiler l’objet du désir, une queue, qui rendrait jaloux le parfait étalon masculin.
    
    Tout ceci, sous le regard très attentif de Véronique, debout, aux côtés du mâle. Virginie échangea un regard avec elle, et déjà, sa main gauche agrippa ce sexe en érection, le masturbant.
    
    Allez, ma petite chatte... A toi l’honneur... Viens, à genoux, et fais-nous voir comment tu suces... Dit Virginie
    
    Mais... Dit Véronique.
    
    Ah, non, ne fais pas la difficile... Lui dit Virginie... Il attend que ça... Allez, arrive !!
    
    Véronique ne dit rien, obéissante, elle s’exécuta, venant s’agenouiller devant ce magnifique cierge, et commença, timidement à le mettre en bouche.
    
    Pour continuer, aidée par la main de Virginie, qui debout, derrière elle, avait agrippé sa chevelure brune, lui donnant plus de bouche, ainsi que son rythme cadencé, à s’en étouffer. Durant de longues minutes, Gabin, yeux mi-clos, s’abandonna dans la caresse.
    
    Virginie, en eau, au plus profond de son ventre, ne pouvait supporter plus longtemps, ce qui lui servait encore de culotte.
    
    Lâchant la chevelure de son amie, elle fit glisser ce bout de tissus, qui était plus détrempé, jusqu’aux ...
    ... chevilles. Puis s’en débarrassa totalement, au passage, s’en imprégna les narines, avant de l’offrir à Gabin.
    
    Tiens, mon gros cochon, un avant-goût de mon état !! Lui dit Virginie.
    
    Gabin ne se laissa pas désintéresser, il se le plaqua au nez, à s’enivrer. Alors que Véronique, qui prenait du plaisir à sucer cette queue, à s’en égosiller, haletante.
    
    Gabin, glissa sa main droite dans l’entrecuisse de la blonde Virginie, la doigtant, sans aucune difficulté, du majeur et index, alors que cette dernière avait noué ses deux bras à son cou musclé, pour mieux se laisser fondre à cette main caressante.
    
    Se faisant haletante, Virginie n’en pouvait plus.
    
    Allez, ma belle, laisse-moi la place ... Lève-toi, que notre étalon me soulage les orifices... J’en peux plus... Dit Virginie, excitée !!!
    
    Alors que Véronique se relevait, Gabin proposa de se mettre sur la table. Là, Virginie reprit les commandes du jeu.
    
    Approche, ma douce, retire tout ça que je puisse te croquer à pleine bouche. Dit Virginie.
    
    Véronique, obéissante, mais surtout, envieuse de se faire défoncer, restait face à Virginie, qui elle, lui débarrassa de son chemisier, suivie de son soutard, peau d’ange, blanc, mettant à nue sa petite poitrine.
    
    Puis sans attendre, elle lui dégrafa son pantalon blanc, qu’elle fit glisser aux chevilles, les entravant, ne lui laissant plus que ce qu’y était qu’un tissu souillé de glaire tiède, comme vêtement.
    
    Viens t’allonger sur cette table !! Ordonna Virginie, à ...
«1234»